Elections d’octobre : La CODEL aura son quartier général

580 0

Contribuer à faire accepter par tous les résultats des élections du 11 octobre 2015 et du 31 janvier 2016 à partir d’une « situation room », c’est le but ultime que se donne la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL). Ses responsables l’ont fait savoir ce jeudi 16 juillet 2015 lors d’une conférence de presse dans un hôtel de la capitale burkinabè.

Coordonner. Regroupant une centaine d’Organisations de la société civile et ne voulant pas rester en marge, la CODEL compte œuvrer à l’éducation électorale, au renforcement des capacités des acteurs électoraux, au monitoring de la transition et du processus électoral. Et pour cela, elle prévoit harmoniser et coordonner les stratégies d’observation des élections de ses organisations membres.

Cette coordination concernera le déploiement des observateurs nationaux sur l’ensemble du territoire pour l’observation des élections par les Technologies de l’information et de la communication (TIC) depuis le « quartier général » de Ouagadougou et d’observateurs spécialisés pour le Comptage parallèle des votes (CPV). Viendra ensuite la remontée rapide  des informations crédibles sur le déroulement de l’ensemble du processus électoral à l’aide du dispositif de veille.

La coordination se poursuivra par l’établissement de cadres de dialogue avec les autorités compétentes et les parties prenantes en vue d’apporter des solutions idoines aux dysfonctionnements observés sur le terrain et prendra fin par l’harmonisation de la communication des OSC relative à l’observation du processus électoral.

Pour y parvenir…

Halidou Ouédraogo, président de la CODEL, compte sur les 4000 observateurs « simples » et environ 1000 observateurs « spécialisés » qu’il enverra sur le terrain avec l’appui des Organisations non gouvernementale (ONG) telles que Dakonia, le National democratic institute (NDI), et One World. Il assure que son organisation se donnera les moyens de réaliser l’observation des élections sur tout le territoire national.

Issus d’Organisations de la société civile (OSC), ces derniers ont de ce fait une formation de base. « Au cas où ils n’auront pas cette formation de base, des formations seront données et les capacités de tout le personnel qui sera recruté,  seront renforcées », assure le président de la CODEL.

Tout partira d’une « situation room »

Dans l’optique de mener à bien l’observation, et ce à l’image de la salle où les grandes décisions sont prises par les présidents américains, il est prévu la création d’une « situation room ». Les trois instances fonctionnelles que sont la chambre politique (composée de 5 membres assurant la coordination de la situation room), une chambre intermédiaire (composée de leaders des organisations membres appuyés par un panel d’experts) et une chambre technique (chargée de l’animation du dispositif technologique de la situation room) se répartiront les différentes tâches.

 « Les experts que nous allons recruter vont servir à la formation et aux analyses des situations révélées pour permettre de décongestionner un certain nombre de questions préoccupantes. Donc c’est tout une machine que nous allons mettre en place dans notre quartier général », a précisé Halidou Ouédraogo.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Kilimité Hien n’est plus

Posté par - 22 décembre 2014 17
Le colonel-major Théodore Kilimité Hien, ancien secrétaire général national adjoint des Comités de défense de la Révolution, ministre de la…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *