L’UNIR/PS au CSC : “Quel est le visage d’une « campagne déguisée » ?”

612 0

Dans cette lettre ouverte, le Directeur National de Campagne de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), Athanase Boudo, attire l’attention du Conseil supérieur de la Communication (CSC) sur les restrictions liées à la précampagne.

Madame la Présidente,

Quel est le visage d’une « campagne déguisée » ? Depuis quelques jours, des médias écrits (Le pays, l’Observateur Paalga, Sidwaya, Le Quotidien …) présentent ostensiblement sur la couverture de leurs publications, des images de propagande portant en affiche le candidat déclaré du CDP avec des slogans de campagne électoraliste. Considérant le Code électoral publié par la CENI en mai 2015 et qui s’inscrit dans les termes et l’esprit de la Loi n° 005-2015/CNT du 7 avril 2015, j’ai le plaisir de vous rappeler les articles ci-après :

Article 68 bis [Loi n° 005-2015/CNT du 7 avril 2015 – Art. 1.  

« Est interdite quatre-vingt-dix jours avant l’ouverture de la campagne électorale, la couverture médiatique de toute campagne électorale déguisée. Le cas échéant, toute personne ayant intérêt peut saisir le Conseil supérieur de la communication (CSC) garant du principe d’égalité entre les parties en compétition] ».

Article 68 ter [Loi n° 005-2015/CNT du 7 avril 2015 – Art. 1.

« Les pratiques publicitaires à caractère politique, l’offre de tissus, de teeshirts, de stylos, de porte-clefs, de calendriers et autres objets de visibilité à l’effigie des candidats ou symbole des partis ainsi que leur port et leur usage, les dons et libéralités ou les faveurs administratives faits à un individu, à une commune ou à une collectivité quelconque de citoyens à des fins de propagande pouvant influencer ou tenter d’influencer le vote sont interdits quatre-vingt-dix jours avant tout scrutin et jusqu’à son terme] ».

Madame la Présidente, si le CSC doit jouer le rôle de police des médias en vue d’assurer le respect du droit dans le jeu politique dans la perspective des élections d’octobre 2015, je vous prie de prendre vos responsabilités afin que cessent immédiatement cette pratique illégale qui consiste à faire une publicité ostentatoire sur le candidat du CDP avant la période définie par la loi. En rappel, la loi déclare que tout contrevenant s’expose aux sanctions administratives et pénales prévues par les textes en vigueur.

Madame la Présidente, je vous prie d’agréer l’assurance de ma considération distinguée.

Athanase BOUDO

Directeur National de Campagne de l’UNIR/PS

 E-mail : [email protected]

 


NDLR : Le titre de la Rédaction B24



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *