Lutte contre le paludisme: Le candidat vaccin antipaludique de GSK, MosquirixTM (RTS,S) approuvé

La firme pharmaceutique GSK a reçu l’aval des autorités européennes lui permettant d’administrer son vaccin MosquirixTM (RTS,S). La balle est maintenant dans le camp de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Son évaluation sur la possibilité d’administration du « premier candidat vaccin antipaludique au monde » en parallèle avec les autres méthodes de prévention jusque-là connues. GSK l’a fait savoir ce vendredi 24 juillet 2015 dans un communiqué de presse.

L’approbation de l’avis scientifique favorable pour le candidat vaccin antipaludique MosquirixTM, également connu sous le nom de RTS,S, chez les enfants âgés de 6 semaines à 17 mois vient du Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA). RTS,S a été élaboré pour prévenir le paludisme provoqué par le parasite Plasmodium falciparum, dont la prévalence est la plus importante en Afrique subsaharienne.

Andrew Witty, PDG de GSK n’a pas pu cacher pas son enthousiasme après l’annonce. « L’avis scientifique formulé aujourd’hui constitue une nouvelle étape importante vers la mise à disposition du premier vaccin antipaludique au monde pour les jeunes enfants, dit-il. Bien que RTS,S seul ne soit pas la réponse absolue au paludisme, son utilisation en complément des interventions actuellement disponibles (moustiquaires et insecticides notamment) apportera une contribution significative dans le contrôle des conséquences du paludisme sur les enfants de ces communautés africaines qui en ont le plus besoin.

Le travail n’est pas pour autant terminé et GSK s’engage à poursuivre ses investissements en R&D pour les vaccins et les traitements antipaludiques afin de trouver plus de moyens de s’attaquer à cette maladie dévastatrice ».

Il ne manque plus à présent que la recommandation de l’OMS et au préalable l’approbation des autorités règlementaires nationales pour passer à l’action. RTS,S a été développé en partenariat avec la Malaria Vaccine Initiative (MVI) de PATH.

Le Dr David C. Kaslow, Vice-Président en charge du développement produit de PATH, a reconnu avant tout les limites de RTS,S. Il a déclaré que « cette date constitue une étape scientifique importante pour le partenariat établi depuis longtemps pour le développement d’un vaccin. Mais il reste encore plusieurs étapes avant qu’un vaccin antipaludique ne soit mis à disposition des enfants africains qui ont le plus besoin de protection contre ce parasite humain meurtrier.

PATH continuera à travailler avec GSK et les autres partenaires afin de garantir que les preuves soient disponibles le plus rapidement possible pour étayer une prise de décision éclairée dans ces étapes restantes ».

Mais la recommandation seule ne suffira pour introduire RTS,S sur le continent africain. En plus de cette dernière, GSK devra envoyer une demande d’autorisation de pré-qualification avant de déployer RTS,S sur le marché des pays d’Afrique subsaharienne.

C’est dire que la recommandation et la pré-qualification sont toutes deux indispensables à GSK dans sa démarche d’introduction de RTS,S dans les programmes locaux de vaccination soutenus par l’UNICEF. L’OMS a indiqué que la recommandation pourrait tomber d’ici la fin de l’année.

Synthèse de Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page