Maroc : Pour la première fois, le gouvernement va soutenir financièrement les médias en ligne

198 0

Au Maroc, l’aide publique à la presse est désormais ouverte aux médias électroniques. Les entreprises de presse en ligne ont jusqu’à mi-septembre pour déposer leurs dossiers de candidature auprès du ministère de la Communication. L’information a été donnée par le ministre en charge la communication, Mustapha el Khalfi, ce 3 août 2015, selon Agence Ecofin.

Au cours d’une réunion de la Commission paritaire de la presse écrite (CPPE), les discussions portaient sur le nouveau contrat-programme pour le soutien de la presse écrite pour les 5 années à venir.

« Avant, on pouvait octroyer des aides aux organes de presse écrite pour qu’ils puissent se doter d’une présence digitale. Aujourd’hui, nous souhaitons soutenir ces médias en ligne directement », a expliqué le ministre de la Communication au journal en ligne « Al Huffington Post Maroc ».

Tout comme les journaux papiers, les médias en ligne seront soumis à des critères d’éligibilité. En effet, il faut être une entreprise reconnue légalement. Sur ce plan, les sites d’information marocains auraient fait assez d’efforts.

« En 2012, aucun média en ligne n’était reconnu légalement. Aujourd’hui, 160 médias sont déclarés en tant qu’entreprises », s’est réjoui Mustapha El Khalfi. Ces entreprises devront être à jour de leurs impôts. L’autre critère c’est non seulement l’hébergement professionnel et sécurisé du site web d’information, mais également son audience. Enfin, il faut employer des journalistes professionnels détenteurs d’une carte de presse.

Là également, il y a une évolution dans les médias électroniques au Maroc. « Aujourd’hui, 20 supports d’information en ligne bénéficient de cartes de presse », a dit le ministre qui promet de soutenir les journalistes web dans leur quête d’un statut professionnel.

Si la presse en ligne est désormais prise en compte, l’essentiel de l’aide publique reste destinée à la presse papier qui connaît une baisse des ventes. En 2014, les ventes sont tombées 82,8 millions d’exemplaires contre 109 millions en 2008, selon l’Organisme de justification et de la diffusion au Maroc (OJD).

Le ministre a également rappelé que l’objectif du nouveau contrat est de renforcer les ressources humaines des organes de presse, améliorer le professionnalisme, soutenir l’indépendance des médias, préserver la diversité linguistique, culturelle et politique, garantir le droit des citoyens à l’information ou encore renforcer le contenu informationnel numérique.

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre