Révision de l’article 37 : “Je n’ai rien reçu de qui que ce soit” (Gilbert Ouédraogo)

631 80

Gilbert Noël Ouédraogo a-t-il reçu de l’argent pour apporter son soutien à la modification de l’article 37 de la Constitution ? Le président de l’ADF/RDA, pour la première fois (en tout cas publiquement), a fait des confidences sur twitter sur l’une des décisions qui ont pesé pour beaucoup dans ce qui est arrivé les 30 et 31 octobre 2014. 

Lorsque le 25 octobre 2014, l’ADF/RDA, par la voix de son président Gilbert Ouédraogo, annonçait sa décision de soutenir la révision de l’article 37 de la Constitution, affirmant faire le “choix de la paix”, les pourfendeurs du troisième mandat de Blaise Compaoré (et donc de nombreux Burkinabè) ont été pour le moins incrédules.

Mais l’instant de surprise passé, nombreux ont conclu que le président du Faso d’alors, ou pour le moins, ses partisans, ont réussi à faire tourner casaque au pachyderme, au prix de persuasion, mais surtout au prix d’espèces sonnantes et trébuchantes.

Me Gilbert Ouédraogo s’est défendu sur twitter, ce 9 août 2015.

« D’aucuns ont (…) crié sur les toits, sans aucune once de vérité, que l’ADF-RDA avait été achetée et que j’avais personnellement empoché des milliards. Aujourd’hui, je voudrais le dire haut et fort, il s’agit d’un mensonge et de la manipulation. Je n’ai rien reçu de qui que ce soit et notre décision n’a pas été motivée par de l’argent », affirme-t-il sur son compte.

Le fils de Gérard Kango jure la main sur le cœur que la décision de son parti était d’abord et surtout motivée par la conviction. « Nous étions convaincus au sein du Parti que le changement était possible sans violence et sans qu’une seule goutte de sang ne soit versée, explique-t-il. J’ai toujours crû que le vote était plus fort qu’un gourdin, qu’une balle de fusil et j’ai construit ma culture démocratique sur cette base ».

C’est donc sur cette conviction que l’ADF/RDA a pris sur lui de soutenir la modification de la constitution. «Cette décision s’est avérée ne pas aller dans le sens de l’histoire », reconnaît Gilbert Ouédraogo, qui rappelle par ailleurs sa tournée dans les régions du Burkina pour demander pardon.

L’avocat va-t-il convaincre ? Sur son compte facebook, les avis sont partagés. S’il y en a qui le soutiennent, d’autres, par contre, semblent décidés à ne pas lui pardonner.

Abdou ZOURE

Burkina24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 80 commentaires

  1. Bien sur que Mr Gilbert n’a rien recu;mais permettez moi de dire que ce monsieur continue de beneficier des largesses du couple Compaore..
    La preuve il dort actuellemment dans une des villas gracieusement offerte par Chantal Compaore.Nous n’avons pas fini la revolution car la suite sera beaucoup plus amer.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *