Ministère des finances : Le SYNAFI en sit-in, le gouvernement appelle à la modération

470 51

Le Syndicat national des agents des finances  (SYNAFI) a rencontré la presse, ce lundi 10 août 2015, à Ouagadougou,  pour échanger autour du désaccord l’opposant au ministre délégué chargé du Budget, Amina Billa.  A l’origine de la crise, les revendications liées à la question de l’allocation  ‘’Fonds commun’’ dont jouissent les agents dudit ministère.

 En rapport  à la récente sortie médiatique du ministre délégué, le Syndicat national des agents des finances (SYNAFI), à travers la voix de son responsable à la mobilisation et la communication, Souleymane Oumtana, a dit avoir noté des écarts dans les propos tenus par celle qui a en charge le budget, Amina Billa.

Les animateurs de la conférence de presse
Les animateurs de la conférence de presse

L’un des points essentiels de ce désaccord, concerne  sa déclaration sur l’extension du Fonds commun à tous les travailleurs de la fonction publique et à quoi s’oppose le SYNAFI, a expliqué  Souleymane Oumtana.

 « Cela n’a jamais été notre position », a-t-il laissé entendre. Et d’ajouter, « la question ne nous a jamais été posée ».

Par rapport à l’information selon laquelle le ministre délégué aurait été victime d’agression de la part des militants du syndicat, le SYNAFI, a tenu à apporter sa part de vérité.

A en croire le secrétaire général du syndicat, Mohamed Savadogo, aucune menace  d’aucune forme n’a été proférée au ministre délégué.

La question du Fonds commun à l’origine de la crise

Au sein du département, les financiers se disent lésés par rapport aux autres travailleurs notamment les fiscalistes, les comptables et les douaniers.

 « Nous sommes victimes de discrimination. Par rapport aux autres, nous avons à peu près la moitié voire le tiers de ce qu’ils gagent », a affirmé Souleymane Oumtana.

Le SYNAFI se bat donc pour plus d’équité sur la question et cela depuis 2005. Selon les responsables du syndicat, le problème était en passe d’être résolu avec le protocole d’accord du 22 juin 2011 qui promettait la réduction des écarts entre agents. Mais jusque là, les choses sont restées telles, ont-ils déclaré, arguant le refus  de la ministre délégué de recevoir les syndicats.

D’ailleurs, « c’est la rupture du dialogue qui nous a envoyé dehors », ont-ils souligné.

Le SYNAFI dit rester cependant ouvert au dialogue mais maintient tout de  même son projet de sit-in prévu du 11 au 13 août 2015, et celui des grèves prévu du 20 au 27 août 2015.

Mamady Zango (Stagiaire)

Burkina24


Le gouvernement appelle à la modération

Depuis quelques jours, les agents affiliés au Syndicat national des agents des finances (SYNAFI) manifestent leur mécontentement autour des fonds de motivation des  personnels du ministère de l’Economie et des finances et de leurs conditions de travail.

Ces agents ont observé un sit-in de 48 heures, le jeudi 6 août 2015 pour dénoncer les écarts en leur défaveur dans l’allocation des indemnités du fonds de motivation des agents du ministère de l’Economie et des finances, communément appelées  «fonds commun ».

Au regard des différentes réactions, le gouvernement de la Transition appelle l’ensemble des acteurs à plus de concertation et de modération.

Du reste, le gouvernement, déterminé à trouver une solution à cette question, a décidé de mettre en place un comité  pour mener  la réflexion et faire des propositions de textes pour réglementer la gestion des fonds communs et autres avantages des fonctionnaires burkinabè, tant au niveau du ministère en charge de l’Economie que des autres ministères ou institutions de notre pays.

Le Service d’information du gouvernement

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *