Présidentielle 2015 : Quatre autres candidats rendent visite au Conseil constitutionnel

693 17

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) peut désormais commencer à peaufiner sa stratégie pour l’élection présidentielle d’octobre prochain. Son candidat a effectué son dépôt de candidature ce mercredi 19 août 2015 au Conseil Constitutionnel en présence de quelques militants du parti.

Plus d’une heure, c’est le temps qu’a passé le candidat du parti MPP, Rock Marc Christian Kaboré au sein des locaux du Conseil Constitutionnel. Et c’est « satisfait » qu’il y est ressorti, a-t-il laissé entendre.

« C’est un sentiment  de fierté puisque nous venons de finir toute la procédure de dépôt de la candidature qui a été acceptée et également d’humilité. Je prends en compte la charge de cette mission qui m’a été confiée par le parti. Nous nous en remettons à la décision du peuple burkinabè le 11 octobre qui est le seul à pouvoir décider de qui d’entre les candidats sera le prochain président de ce pays », a-t-il dit avant d’ajouter qu’il faut faire confiance au peuple burkinabè.

Et pour cause chaque parti, chaque candidat viendra avec son programme. Et pour lui, la présidentielle n’est pas à comparer à une thèse de doctorat. Il s’agit avant tout pour lui de « la confiance d’un homme avec son peuple »

Dépôt en l’absence du candidat

A la suite du MPP,  a procédé au dépôt du dossier de candidature de son candidat, c’est Jean Baptiste Natama qui a procédé au dépôt de son dossier en tant que candidat indépendant.  Absent lui-même, il l’a fait par le biais de ses partisans.

Eddie Komboïgo et Tahirou Barry aussi

Il faut noter en rappel que la veille, 18 août 2015, que deux autres candidats ont déposé  leur dossier. Il s’agit de Tahirou Barry, du Parti pour la renaissance nationale (PAREN), qui dit avoir accompli cet exercice « pour la cause élevée des sans voix ».

Eddie Komboïgo, le président du CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), ancien parti au pouvoir, est le deuxième candidat à s’être déclaré au Conseil constitutionnel, selon nos confrères de Fasozine.

Pense-t-il que son dossier passera eu égard aux dispositions du Code électoral qui rend inéligibles les personnalités ayant soutenu la modification de l’article 37 ?  « J’ai la conviction que ma candidature sera acceptée parce que je n’ai jamais commis de crimes, jamais commis de délits, jamais été condamné et déchu de mes droits », a répondu Eddie Komboïgo.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *