Chambre des métiers et de l’artisanat : Des artisans demandent un audit

647 0

Dans cette lettre ouverte adressée au Premier ministre, des artisans demandent, entre autres, un audit de la gestion du bureau sortant de la Chambre des métiers et de l’artisanat. 

Excellence Monsieur le Premier Ministre

Nous, artisans regroupés au sein de nos différentes associations et Organisation Professionnelle des Artisans (OPA) du Burkina Faso  venons  vous interpeller par rapport à la situation qui continue de prévaloir au sein de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Burkina (CMA-BF)  car, tout comme à l’ ex Ministre de l’Industrie  du Commerce et de l’Artisanat Arthur KAFANDO , nous avons adressé des rapports à l’actuel Ministre où nous lui avons fait l’état de la mauvaise gouvernance au sein de la CMA-BF depuis sa création en 2010  à nos jours, entravant malheureusement son bon fonctionnement.

Mais, nous remarquons qu’aucune amélioration n’a été faite dans le sens de la décrispation de la situation. Ce qui est fort regrettable dans la mesure où les artisans iront bientôt aux élections pour la deuxième mandature de la CMA-BF.    Et si les choses restent en l’état, c’est sûr que nous retomberons encore dans les mêmes travers que par le passé. Car, c’est la même équipe dirigeante décriée de la CMA-BF qui reviendra encore aux affaires avec les mêmes pratiques malsaines que nous ne cessons de dénoncer. Et ce sont les pauvres artisans des 13 régions  dans leur ensemble qui vont en pâtir. Nos craintes et autres récriminations se justifient si l’on se fonde sur les derniers rebondissements de cette affaire.

Certes, nous avons demandé entre autres que le Ministre du commerce  procède  à la dissolution du bureau consulaire de la CMA-BF comme vous l’avez fait pour la Chambre de Commerce et de l’Industrie dont relève la CMA-BF. A ce sujet le Ministre nous a exhortés à permettre au bureau sortant de mener son mandant à terme vu qu’il ne lui restait plus assez  de temps. Nous en avons pris acte malgré nous mais nous demandons qu’avant nos élections, qu’on fasse un toilettage de certains de nos textes et autres actions qui posent problème pour ne pas retomber dans les mêmes situations que la CMA-BF à vécues sous Monsieur Jacques Anastase Sedgo. Parmi tant d’autres doléances que nous avons faites et qui n’ont eu aucune suite favorable, figurent entre autres :

  • Un audit sur la gestion de la CMA-BF et de la FENA-BF avant l’élection.
  • Une feuille de route consensuelle et assez claire pour l’organisation de cette élection.
  • L’arrêt de la convention de partenariat entre la CMA-BF et le cabinet International Business Group (IBG) basé en côte d’Ivoire à qui l’on a confié le recensement des artisans et la confection de nos cartes devant nous permettre de prendre part aux élections que l’Office National de l’Identification (ONI) du Burkina aurait pu faire.

Car le cabinet IBG a été apparemment choisi pour assouvir les desseins inavoués de certains de nos responsables. Par conséquent ce cabinet a mal fait le travail à lui confié.

Bref  non seulement, notre ministre de tutelle n’a pris en compte aucune de nos doléances mais a apparemment laissé passer des décisions et autres situations qui ne sont pas de nature à favoriser un bon climat de travail en notre sein.

Le conseil des Ministres en sa séance  du 15 juillet 2015, a au titre du Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, adopté un décret portant statuts de la Chambre des Métiers de l’Artisanat. Ce décret permet de doter les artisans de documents légaux, en vue de la tenue d’élection pour la mise en place de la deuxième mandature de la CMA-BF en Octobre 2015.

Malheureusement, certains articles y afférents posent à notre avis de sérieux problèmes, les articles 27, 36, 39 et 41.

Dans l’article 27 par exemple, il est dit que ‘‘le collège électoral appelé à élire les membres de la CMA-BF ……. des personnes normales, immatriculées au registre des métiers qui remplissent les conditions suivantes : être inscrit sur la liste électorale, être inscrit au registre des métiers ….’’

Pourtant le recensement qui a été fait par le cabinet IBG n’a pas pris en compte la majeur partie des artisans voire même des responsables d’associations.  Nous sommes ainsi nombreux à n’avoir pas été informés du déroulement de ce recensement et nous pensons que cela a été fait à dessein dans le but  d’écarter des ‘’indésirables ’’ qui pourraient faire arrêter la machination préparée par l’équipe de Monsieur Sedogo pour se faire réélire à la tête de notre structure. Nous qui nous plaignions, aussi nombreux que vous ne le croirez Monsieur le Premier Ministre, sommes d’office écartés de cette élection. Ce qui est injuste. Ce sont entre autres des faits gravissimes que nous dénonçons tout en demandant par ailleurs réparation avant que cette élection n’ait lieu dans la transparence et dans la quiétude.

Monsieur le Premier Ministre, nous voudrons aussi porter à votre connaissance l’immixtion de la CMA-BF dans la vie des communes.

En effet par le biais du président de la Chambre des Métiers sûrement en complicité avec la directrice générale, appuyés apparemment par le Ministre du commerce , le président de la délégation spéciale de la commune de PÔ a adressé une correspondance à l’un des nôtres, président de la Fédération des Artisans du Nahouri , par ailleurs président de la commission Formation professionnelle et de l’Apprentissage de la CMA-BF, Monsieur PK Victor POUAHOULABOU pour lui notifier son remplacement au sein de la délégation spéciale de la commune de PÔ. Voilà en substance le contenu de la lettre qui lui a été adressée : <<par lettre, ci-dessus portée en référence, le président de la chambre des Métiers conteste que vous soyez le représentant de la chambre régionale des métiers de l’artisanat au sein de la délégation spéciale de la commune de PO… en conséquence vous êtes désormais remplacé par Madame Atiou Claudine …>> . Monsieur PK injustement remplacé de la délégation spéciale a aussi été injecté de son poste de président de la Commission Formation Professionnelle et de l’Apprentissage de la CMA-BF .Tout cela sous le silence coupable de Monsieur le Ministre du commerce qui semble se laisser influencer par les responsables actuels de la CMA-BF, oubliant que cela peut le rattraper à l’avenir. Car c’est tout comme il les couvre dans leur gouvernance tant décriée. Ce sont entre autres, des faits et actes commis par le président de la CMA-BF avec certainement la bénédiction du Ministre du Commerce. Ce  qui risque de porter préjudice à notre structure et entacher nos prochaines élections.

Bref, vu que les responsables de la CMA-BF sont en train de travailler à se faire réélire à la tête de notre structure, nous demandons qu’aucun membre du bureau sortant, fusse t-il demis ou pas (y compris notre camarade de lutte Monsieur PK Victor signataire de cette lettre) ne brigue encore aucun poste électif dans la deuxième mandature  afin de préserver la quiétude et la paix en notre sein.

 Par ailleurs, nous souhaitons aussi qu’on ne dérange plus les pauvres artisans dans tout ce qu’ils  ont construit depuis belle lurette si la CMA-BF créée dit-on pour les réorganiser et défendre leurs intérêts n’arrive pas à le faire. Car ni la CMA-BF ni le Ministre du commerce n’ont aucun droit sur les artisans si ce n’est les accompagner dans leurs activités respectives. Votre Ministre du commerce venu probablement corriger les failles selon  le bon vouloir des populations (les artisans) n’a vraiment pas intérêt à contribuer à leur division et à prendre partie pour l’un ou l’autre. Pour ce faire, nous vous demandons Excellence Monsieur le Premier Ministre de prendre des mesures nécessaires  pour suspendre tout le processus déjà engagé dans le cadre des nouvelles élections prévus pour offrir une nouvelle représentation à notre institution.

Faites en sorte Monsieur le Premier Ministre que ce que votre gouvernement l’a si bien dit aux premières heures  de l’insurrection soit une réalité. A savoir : << plus rien ne serra comme avant>>.

Veuillez recevoir Monsieur le Premier Ministre l’expression  de notre profonde considération.

Ont signé :

POUAHOULABOU PK Victor                                                                                               

(Président de la Fédération des

Artisans du Nahouri/Président

De la Commission Formation

 Professionnelle et de l’Apprentissage

 De la CMA-BF)

GUIRA Yacouba

 (vice président de la Fédération Nationale

Des Corporations des

Métiers du Burkina Faso)

KONE Adramane

 (SG de l’Union des Organisations

Professionnelles des Artisans

De Bobo et Ouagadougou)

TAMBOURA EBOU Assita

(Présidente de la Commission Marché

De la CMA-BF)

ALI ILBOUDO

(Président de l’Union Nationale des Artisans

Menuisiers du Burkina Faso)

YABRE Youssoufou

 (Union Nationale

Des Artisans Handicapés du Burkina Faso)



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *