Des supporters interrompent une course cycliste sur l’avenue Charles de Gaulles

Le Grand Prix Hôtel Excellence ne s’est pas disputé ce dimanche 23 août 2015 sur l’avenue Charles de Gaulles de Ouagadougou. Des supporters qui demandent la démission du Président de la Fédération Burkinabè de Cyclisme ont interrompu la course après deux tours de piste.

Beaucoup d’amoureux du cyclisme burkinabè sont arrivés surpris sur l’avenue Charles de Gaulles où ils s’attendaient à disputer le Grand prix cycliste de l’Hôtel Excellence. Cette compétition fait partie des dernières compétitions avant le Tour du Faso.

La raison de cette surprise s’explique par le fait qu’à leur arrivée aux environs de 9 heures ce dimanche 23 août 2015, il n’y avait que quelques groupuscules qui discutaient. « Je viens d’arriver et je constate que la course ne se tient pas », répondent certains lorsqu’on leur demande ce qui se passe.

En approchant les différents groupuscules, l’on comprendra que des supporters demandent la démission de Alassane D. Ouangrawa le Président de la Fédération Burkinabè de Cyclisme (FBC). « Les supporters ont arrêté la compétition après seulement un tour de piste », explique un témoin. Selon lui, la tension était perceptible bien avant le début de la course. Certains supporters agités proféraient des menaces malgré la présence d’une forte représentation des forces de sécurité, selon les témoins.

Les coureurs de l’AS Bessel ne se sont pas engagés pour la compétition. C’est le cas également de ceux de l’Association des jeunes cyclistes de Koudougou (AJCK) d’où est issu le champion national Saidou Bamogo. Après le départ, des supporters auraient fait usage de lance-pierres pour disperser les coureurs.

Si ces supporters ont interrompu la course, c’est parce qu’il exige la démission de Amado D. Ouangrawa. La colère des frondeurs fait suite à la chute du coureur de l’AS Bessel Salfo Bikienga, champion 2014 lors du championnat national le dimanche 5 juillet 2015 sur l’Avenue Charles de Gaulles. Ce dernier a accusé Rasmané Ouédraogo de l’avoir poussé tandis que ce dernier dit le contraire.

En visionnant les différentes images de l’arrivée, il est difficile de se faire une idée sur la culpabilité ou non de Rasmané Ouédraogo.

La FBC pour sa part avait jugé que Rasmané Ouédraogo n’était pas responsable. Cette affaire dite Salfo Bikienga # Rasmané Ouédraogo qui pollue actuellement l’atmosphère au sein du cyclisme burkinabè.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page