Causeries musicales : Face à face artistes et managers

485 0

Le dimanche 23 août 2015 à Ouagadougou, s’est tenu un cadre d’échanges interactifs entre les différents maillons de la filière musicale. Cette activité dénommée les “causeries musicales” est un concept innovant voulu par l’association des managers et professionnels de musique du Burkina.  Pour cette première,  le thème retenu est « Relation artiste-manager, quelle synergie d’action pour un développement du secteur ». Artistes et managers ont marqué leur intérêt à une telle initiative en effectuant massivement le déplacement.

Partant du fait que la filière musique traverse de multiples problèmes notamment la crise de confiance entre artistes et managers, le cadre d’échange, les causeries musicales, selon Ibrahim Zerbo, président de l’association des managers et professionnels de musique, se veut un cadre de dialogue direct sur la problématique des différents maillons de la musique afin d’avoir des rendements meilleurs pour l’artiste et pour le manager.

Des communications portant sur l’état de lieu du management et l’interprétation du contrat de management au Burkina ont été livrées à ce face à face entre artistes et managers.

 Il ressort en général que choisir un membre de sa famille, un ami sans une qualification requise pour gérer les affaires et souvent sans un contrat dûment signé, est monnaie courante.

  Ce qui entraîne constamment des séparations douloureuses. Bien souvent, le partage du « gâteau » a été la pomme de discorde.

Où  régler les comptes

Certains artistes ne se soucient pas de la nécessité de s’attacher les services d’un manager professionnel.

Comme il fallait s’y attendre, dittoujours Ibrahim Zerbo, « les artistes avaient beaucoup à dire et les managers aussi. Aujourd’hui, c’est l’occasion de se déverser. C’est un dialogue franc et je crois qu’au sortir de ce débat, ils sauront comment gérer leurs relations au lieu de se regarder en chien de faïence ».

Walib Bara, manager,  parlant de son cas,  dit ceci : « dans le showbiz,  il y a le côté chaud et le côté biz. Le buzz fait marcher les choses. Quand vous acceptez de rentrer dans ce milieu, il faut être prêt à accepter tous les coups durs… Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est l’objectif qu’on s’est donné. On veut être le meilleur. Nous sommes des gladiateurs et le gladiateur doit réussir et j’en fais partie».

Et à l’artiste Don Sharp De Batoro, réagissant,  de déplorer vivement la manière dont les comptes se règlent en revenant sur le cas Walib Bara et Smarty qui avait suscité des polémiques sur la toile. Il a fallu au modérateur de recadrer le débat pour éviter un “clash”.

En somme, les uns et les autres ont loué l’initiative et souhaité un changement dans les comportements pour amorcer une dynamique professionnelle. Des propositions n’ont pas manqué  en vue d’assainir les relations et le milieu. Rendez-vous a été pris pour le 27 Septembre prochain pour la seconde causerie.

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *