Séminaire de formation islamique : l’AEEMB réunit près de 1000 jeunes à Koudougou

797 0

Le Séminaire national de formation islamique(SENAFI), reconnu comme étant la plus grande activité de l’Association des Elèves et Etudiants Musulmans au Burkina(AEEMB), a ouvert sa 13eme édition ce dimanche 23 août 2015. Koudougou, la ville du « cavalier rouge » est celle retenue pour abriter ce séminaire qui draine chaque année une foule des grands jours. A l’ouverture, trois panelistes ont fait le tour du thème de cette 13ème édition : « Science, foi et engagement citoyen pour un Burkina prospère ».

Placé sous la présidence du frère KONE Souleymane, 4ème président de l’AEEMB (1992-1994) et sous le très haut parrainage du frère Abdoul Wahab BAZIE, Directeur Général de Faso Huilerie, cette présente édition du SENAFI veut poser sur la table des débats, la question de la science, de la foi, et de l’engagement en islam et ce, dans le but de tracer les sillons à suivre pour un Burkina prospère. C’est pourquoi, il s’est choisi pour thème :« Science, foi et engagement citoyen pour un Burkina prospère ».

Donnant sa compréhension du sujet, le parrain El hadj Abdoul Wahab Bazié, PDG, « Faso huilerie »,  a laissé entendre que seule la foi est à même d’éclairer la science : « une science sans foi est une science sans conscience. Et  une science sans conscience est une ruine de l’âme, comme l’enseigne Rabelais ».

Le président du Conseil exécutif de l’AEEMB, Ali Saawadogo a, quant à lui, souligné l’importance des deux concepts clefs du thème : « en islam, il est presqu’impossible de dissocier ces deux domaines de la foi et de la science, car notre religion est une religion de science. »

Ensuite place a été faite aux panélistes. Le premier, le Professeur Séni Ouédraogo est revenu de fond en comble sur l’importance de la science pour le musulman, qui comme tout Burkinabè, devrait donner sa touche à l’édification de la nation commune. Mais bien plus, homme de foi, le musulman devrait viser l’excellence pour inspirer l’exemple.

Le deuxième paneliste, Loukman Sawadogo, s’est penché sur l’engagement citoyen du musulman. Un engagement empreint de foi et qui pourrait se résumer en ces termes graves de « gage » et d’ « investissement », envers la patrie.

En termes de mobilisation, le comité d’organisation du séminaire estime à plus de 900 le nombre d’élèves et d’étudiants venus des quatre points du Burkina Faso. Du 23 au 29 août, ils seront instruits de culture islamique.

Issouf NASSA

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *