Décision du Conseil constitutionnel : le Mouvement soyons sérieux circonspect

600 3

Une délégation du Mouvement Soyons Sérieux (MSS) a rencontré la presse ce mercredi 26 août 2015 à Ouagadougou, pour échanger autour des sujets marquants l’actualité politique nationale dont l’invalidation par le Conseil Constitutionnel de certaines candidatures aux élections législatives d’octobre 2015. Sur ce, la coordination du MSS, dit ne pas consentir pleinement au verdict de la Cour, empreint à son goût, de « visée ambigüe ».

La loi est respectée mais la portée de la décision, peu partagée soit-elle, est préjudiciable à la bonne tenue des élections. Ainsi pourrait se résumer l’avis du Mouvement Soyons Sérieux (MSS) sur la récente décision du Conseil Constitutionnel qui a déclaré invalides certaines candidatures aux élections législatives du 11 octobre prochain.

Selon le coordinateur du mouvement, Frédéric Zoungrana, « les juges du conseil constitutionnel ont dit le droit et la loi a été appliquée », mais sur le plan politique, cette « décision rendue possible grâce à la non application de la décision de la cour de justice de la CEDEAO » tend à écarter « intentionnellement » des personnes.

Aussi, il a indiqué que « la liste des personnes visées était sélective et s’est élargie à dessein, à des personnalités politiques gênantes ».

Pour le Mouvement Soyons sérieux, il faudrait donc pour « une élection transparente, inclusive et sans trouble », une large communication sur les fondements de la décision afin qu’elle soit acceptée de tous.

Se prononçant également sur le pacte de bonne conduite pour une campagne apaisée, signé vendredi 21 août dernier, les responsables du mouvement ont dit « déplorer son caractère non contraignant à l’endroit des signataires », puisque, ont-ils indiqué, « au lendemain de sa signature des partis politiques se sont lancés dans un discours va-t-en guerre empreint de haine et d’incitation à la violence ».

Du reste, de leur point de vue, l’appel à la désobéissance civile ‘’pacifique’’, lancé par les dignitaires du CDP à l’endroit de ses militants, relève de la cuisine interne du parti et «  n’engage aucunement le MSS ».

Par contre, le mouvement s’interroge sur le contenu de cet appel car « comment observer cette désobéissance tout en restant passif », s’est demandé le coordonnateur du mouvement Frédéric Zoungrana.

Mamady Zango (Stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *