Des journalistes à l’école de la nutrition

400 0

Une vingtaine de journalistes membres du Club des journalistes et communicateurs en nutrition et sécurité alimentaire (CJCN-SA) ont participé à un atelier organisé par Nestlé Burkina sur l’amélioration de la nutrition, de la santé et du bien-être de la population ce 27 août 2015 à Ouagadougou.

Cet atelier a offert l’opportunité aux journalistes de mieux faire connaissance avec la firme Nestlé ainsi que les différents produits qu’elle commercialise. Une communication a mis l’accent sur l’un de ces produits, en l’occurrence les bouillons alimentaires et leur apport nutritif, notamment en fer. Occasion pour les journalistes de poser la problématique et les appréhensions des populations sur ces bouillons alimentaires.

Les différents responsables de Nestlé ont profité faire des éclairages, notamment sur le respect des normes de qualité et de contrôle afin que ces bouillons ne nuisent pas à la santé, mais apportent nutriments et goût. Echanges parfois houleux, mais Ibrahim Bayili, coordonnateur du CJCN-SA, estime qu’en fin de compte, chacun aura pu se faire sa propre opinion au regard des informations données.

Les journalistes ont aussi découvert que la firme développe de la valeur partagée. « Nous visons  à contribuer à l’amélioration de la santé des populations», explique Giacomo Chiocca, administrateur général pour le cluster Savanna à Nestlé. Mais pas seulement.

Pour la firme, en effet, « une entreprise qui veut assurer son succès à long terme et créer de la valeur ajoutée pour ses actionnaires doit créer de la valeur pour la société ». L’une des matérialisations de cette « valeur partagée » est la création du MYOWBU (My own business, en français Mon propre travail), qui permet aujourd’hui à 92 jeunes femmes burkinabè de gagner en moyenne 3 000 F CFA (soit une moyenne de 85 000 F CFA par mois) à travers la vente ambulante de café dans les marchés.

Les journalistes ont enfin reçu un cours magistral sur les carences en micronutriments et leur impact sur la santé humaine. La question de l’amélioration du statut nutritionnel de la population a été abordée et les membres du club ont pris l’engagement de contribuer à  sensibiliser les Burkinabè sur leur alimentation.

Abdou ZOURE

Burkina24

 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre