Burkina : La Communauté internationale appelle au respect des décisions du Conseil constitutionnel

Dans ce communiqué du Service d’information du Gouvernement (SIG), la Communauté internationale appelle la classe politique à la sagesse et au respect des décisions du Conseil constitutionnel.

Suite aux diverses réactions suscitées par la publication des décisions du Conseil constitutionnel  sur l’éligibilité ou la non éligibilité des candidats aux élections législatives du 11 octobre 2015, la Communauté internationale, à travers l’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Union européenne (U.E) a appelé, le jeudi 27 août 2015, la classe politique burkinabè à la sagesse au respect des lois.

Le représentant spécial du Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies, Mohamed Ibn Chambas, a déclaré, lors d’une conférence de presse, le jeudi 27 août 2015, à Ouagadougou, que le Conseil constitutionnel est l’institution chargée de décider qui peut se présenter ou pas, aux élections.

Son organisation a, par conséquent, conseillé les acteurs politiques de respecter la décision de la juridiction suprême et à faire valoir leurs positions par les voies légales et politiques, de manière pacifique et responsable, en tenant compte de l’intérêt supérieur du peuple burkinabè.

Réagissant également à la décision du Conseil constitutionnel qui frappe d’inéligibilité certains candidats aux prochaines élections législatives, le jeudi 27 août 2015 à Ouagadougou, le chef de la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, Alain Holleville a souligné qu’il s’agit d’une décision de justice insusceptible de recours.

Service d’information du Gouvernement



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

22 commentaires

  1. Fouter nous la paix m?decin apr?s la mort, Blaise voulait changer la constitution vous n avez rien fait pour cela, pierre a mis le feu au Burundi des son pays vous n avez rien dit, laisser nous trnkil.

  2. Nous ne devons pas accepter des individus qui ont tent? sans succ?s d’inflammer le pays.
    Le respect des lois fondamentaux d’un ?tat ne doit pas ?tre n?gociable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page