Scrabble : La fédération burkinabè veut redonner un souffle à la discipline

866 0

La Fédération Burkinabè de jeu de scrabble a tenu le samedi 29 août 2015, sa première assemblée générale à Ouagadougou. L’objectif visé par la structure dirigée par Jean François Nignan est d’adopter des reformes pour mieux structurer la discipline au Burkina Faso.

“Donner un nouvel élan au jeu de scrabble au Burkina Faso”. C’est l’objectif que s’est fixé la Fédération burkinabè de jeu de scrabble. Le sujet était au cœur de la première assemblée générale organisée le samedi 29 août 2015 à Ouagadougou.

Les différents représentants des clubs et des ligues présentes à cette réunion ont décidé de mettre l’accent sur la formation des joueurs dans les écoles mais aussi dans les universités du Burkina Faso. A ce sujet, il s’agit pour la fédération de plaider auprès des autorités en charge de l’enseignement pour la signature d’une convention cadre.

Cette assemblée générale a aussi décidé de porter plus de considération aux clubs et aux régions en leur offrant plus de matériels. Cette initiative devra permettre, de l’avis de  Jean François Nignan, d’élargir la base des pratiquants du jeu de scrabble au Burkina Faso.

Jean François Nignan (droite) s'est donné pour defi d'organiser le championnat du monde 2018 de scrabble au Burkina.
Jean François Nignan (à droite) s’est donné pour defi d’organiser le championnat du monde 2018 de scrabble au Burkina.

La fédération burkinabè de jeux de scrabble s’est engagée à accompagner toute création de nouveau club. Béchar Yakoro , président du district du Houet a surtout plaider dans ce sens : « c’est vrai que lors de notre championnat régional la fédération a fait le déplacement mais nous souhaitions avoir un soutien matériel et financier pour développer le scrabble dans les régions ».

En plus de cela, la fédération burkinabè compte se doter d’un siège avec le matériel de fonctionnement nécessaire de 20 grilles pour les partis classiques, 20 pour les parties du duplicate, une quinzaine de chronos etc., la dotation des ligues en documents entre autres.

Jean François Nignan a fait le bilan moral et financier de la structure qui s’avère satisfaisante. Bien que cette fédération ait la somme de près de 7 millions dans les caisses, elle a invité les clubs et districts a cotisé pour un meilleur fonctionnement de la structure parce que les sponsors se font attendre. « Quand vous partez à l’extérieur, vous constater que le scrabble est bien soutenu. Mais au Burkina ce n’est pas le cas », regrette Nignan. Malgré tout, il s’est fixé pour objectif, l’organisation du championnat du monde de scrabble en 2018.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *