Elections au Burkina : Le PNUD forme les femmes candidates pour les rendre plus compétitives

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), en partenariat notamment avec le Ministère de la promotion de la femme et du genre, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la Coopération suédoise et celle de la Suisse, a procédé ce lundi 7 septembre 2015 à Ouagadougou, au lancement de la 2e phase de la formation des femmes candidates aux élections du 11 octobre prochain. Cet atelier entre dans le cadre du volet « Genre et Election » du Projet d’appui aux élections au Burkina Faso 2015-2016 du PNUD.

La 2e série de formations des femmes candidates principalement aux législatives de 2015 se tient du 7 au 11 septembre et réunira environ 100 participants.

A écouter le Représentant résident du PNUD, Pascal Karorero, cette formation qui s’inscrit dans la démarche du Projet d’appui aux élections, vise à renforcer les capacités et rendre plus compétitives les candidates féminines.

Il sera donc question selon lui, de donner à ces femmes, les moyens de développer des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être susceptibles de leur permettre de se présenter, de battre une campagne efficace et d’augmenter leur chance d’être élues.

Aperçu du présidium lors de la formation des femmes candidates.
Aperçu des participants à l’ouverture de la 2e phase de la formation des femmes candidates.

« Une élection démocratique exige de créer les conditions équitables de compétition pour tous les candidats sans distinction aucune. Mais pour créer ces conditions, le devoir nous commande d’outiller la partie de la population qui est très souvent marginalisée…

Sans donc discriminer contre les hommes qui sont dans la compétition, nous avons, dans le cadre du Projet d’appui aux élections, délibérément choisi d’apporter une assistance aux femmes candidates », a indiqué Pascal Karorero.

Pascal Karorero, le Représentant résident du PNUD.
Pascal Karorero, le Représentant résident du PNUD.

Le PNUD souhaite d’abord un scrutin organisé dans le respect des lois…

Faisant allusion à ce temps différent au Burkina appelé « temps politique », le Représentant résident du PNUD a par ailleurs prévenu les femmes de supporter les moments d’angoisse et de peur durant la formation.

« Pour le PNUD, peu importe le vainqueur, ce qui nous importe, c’est d’abord un scrutin organisé dans le respect des lois de ce pays ainsi que des normes internationales en matière d’élections », a-t-il ajouté.

Sanou Martin, le Conseiller technique du Ministère de la promotion de la femme et du genre, représentant la ministre, s’est dit « réjoui » de cette initiative et a salué, au passage et sous les ovations du public, le vote de la loi portant prévention, répression des violences à l’égard des femmes et des filles et prise en charge des victimes.

« Si vous avez été choisies comme candidates, c’est parce que vous le méritez, c’est parce que vos partis respectifs vous reconnaissent des mérites, c’est parce que vous êtes méritantes », a-t-il dit aux femmes.

En rappel, la première phase de cette formation qui a eu lieu du 31 août au 4 septembre 2015 a regroupé les femmes candidates à l’élection présidentielle, celles candidates dans leurs listes pour les législatives ainsi que leurs directeurs de campagne électorale.

A l’issue de ces deux sessions de formation, les organisateurs souhaitent que les personnes formées aient la capacité de restituer l’essentiel des modules reçus à d’autres femmes candidates qui n’ont pas pu en bénéficier directement.

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page