Fraude aux concours directs : Le RENLAC pour la reprise

778 8

Le Réseau National de lutte Anti-Corruption (RENLAC) a organisé une conférence de presse ce 7 septembre 2015 à l’effet de demander l’annulation et de la reprise des concours directs de la fonction publique concernés par les cas de fraude.

Après le point de presse du ministère de la fonction publique sur les cas de fraudes de certains concours de la session 2015, et les arrestations des prévenus qui ont suivi, le RENLAC a voulu donner sa lecture de la situation.

Parti d’une auto saisine et une interpellation du comité des jeunes unis pour la reprise des concours concernés par les cas de fraude, le RENLAC a rencontré le ministère en charge de l’organisation des concours.

Au sortir de cette rencontre, il encourage le gouvernement et l’appareil judiciaire à la poursuite des investigations, exige toute la lumière sur le choix du cabinet d’études chargé de la confection des sujets enfin, défend le rétablissement d’égalité de chances entre candidats, et soutient la lutte engagée par les candidats organisés dans le cadre du  comité des jeunes unis pour la reprise des concours concernés par la fraude.

Pour Bruno Kéré, le chargé de plaidoyer et de lobbying du RENLAC,  «les arguments de ressources financières avancées par le Ministère de la fonction publique ne sont pas convaincants ». Car dit-il, « l’organisation des concours est une activité annuelle qui a toujours été planifiée par le gouvernement. De ce fait, le budget doit prévoir la gestion des incidents de ce genre qu’est la fraude ».

En plus de cet argument, à en croire les animateurs de la conférence, le ministère a rassuré l’opinion que la fraude est circonscrite, chose qu’ils prennent avec réserve car pour Karfa Gnanou, juge administratif, « il est difficile de circonscrire la fraude en ce sens que par manque de volonté ou par oubli, les prévenus peuvent ne pas dénoncer tous les complices ».

Pour ces raisons, le RENLAC joignant sa voix à celle du comité des jeunes unis pour l’annulation et la reprise des concours concernés par la fraude, demande l’annulation et la reprise de ces dits concours.

Au terme des échanges, le représentant du comité des jeunes pour la reprise des concours Herman Konkobo a lancé un appel à la jeunesse pour un « sitin » devant le Ministère de la fonction publique le mardi 8 septembre 2015 à 8h.

Après toutes ces activités, si le gouvernement ne donne pas un avis favorable à leur requête, le RENLAC n’exclut pas un recours en annulation de ces concours par voie judiciaire.

Saâhar-Iyaon SOME BEKUONE (Stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

There are 8 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *