Valère Somé : « Je n’ai aucun ressentiment vis-à-vis de mes tortionnaires »

244 22

« Les nuits froides de décembre, l’exil…ou la mort », c’est l’intitulé de l’œuvre que vient d’accoucher le Dr Dieudonné Valère Somé. La dédicace dudit livre a eu lieu dans l’après-midi de ce 10 septembre 2015 au centre des archives nationales à Ouagadougou.

« Un document d’histoire, un témoignage d’une période d’années de braise du Burkina », ainsi est présentée l’œuvre du Dr Valère Somé. Le livre est subdivisé en deux grandes parties.

Dans la première partie, l’avant-propos, l’auteur explique les raisons qui ont conduit à la publication de cette œuvre à un tel moment. «  J’ai été attaqué par un tortionnaire, Jean Pierre Palm, à la radio Liberté où il m’a traité vulgairement de menteur. Quand le bourreau refuse de se repentir, il n’appartient pas à la victime de se taire», a déclaré Valère Somé.

La seconde partie constitue l’essence de la publication telle que son auteur l’a rédigé en 1989. Elle se résume à une chronique de faits, arrestations, tortures et périodes douloureuses vécues par certaines personnes sous les geôles du Front populaire dont l’auteur lui-même. Présent à cette dédicace, certains des compagnons d’infortune de Valère Somé ne se sont pas privés d’apporter des contributions pour appuyer ce qui est dit dans l’œuvre.

« Je suis entièrement d’accord avec ce qui est dit dedans. Ce que nous avons vécu à l’époque, nous ne pouvions pas imaginer que aujourd’hui nous soyons assis à le restituer aux Burkinabè. Je suis heureux que quelqu’un ait pu restituer cette histoire», dira Firmin Diallo.

« Quand j’ai vu l’extrait, j’ai revécu la situation. Il n’y a pas de doute là-dessus. Moi j’ai vécu ça, j’étais témoin. Je les ai entendus crier. J’ai cherché même à comparer leurs cris avec les cris d’animaux, je n’ai pas trouvé. C’était inhumain », renchéri Moussbila Sankara, exhibant au passage les traces de la torture sur ses bras.

Mais Valère Somé insiste, ce livre n’est aucunement un ressentiment envers ses bourreaux. « Je n’ai aucun ressentiment vis-à-vis de mes tortionnaires. Je leur ai dit c’est fait, ça appartient au passé. Il faut qu’on dépasse ça ! Je n’ai pas fait ça pour me venger, je n’ai pas fait ça pour que quelqu’un soit puni. », clame-t-il.

Les intervenants à la cérémonie de dédicace ont surtout salué le fait que l’œuvre révèle des « non-dits » qui permettent de comprendre pourquoi la politique au Burkina est ce qu’elle est aujourd’hui.

Dieudonné Valère Somé a été membre du Comité national de la révolution (CNR) et ministre de l’enseignement supérieur et scientifique sous la révolution. Il est auteur d’un précèdent ouvrage intitulé, « Thomas Sankara, l’espoir assassiné ».

Maratou SOUDRE

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 22 commentaires

  1. Demandez ? Palm si il ?tait au conseil le jeudi octobre oui ou non
    Nous ?tions l? au moment des faits et gr?ce ? Dieu nous sommes encore vivants.
    Palm ?tait un des officiers de main de Blaise, pr?sent au conseil derri?re ceux qui devaient ouvrir le feu sur le pr?sident.
    Si il ni cela il n’est pas digne d’?tre un officier et j’apporterai encore d’autres t?moignages le concernant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre