Burundi: le chef d’état-major de l’armée échappe à une embuscade

549 0

Le numéro 1 de l’armée burundaise, le général Prime Niyongabo, a échappé ce vendredi 11 Septembre à un assassinat. Ses assaillants avaient tendu une embuscade contre son convoi à Bujumbura, au cours de laquelle sept personnes ont été tuées, ont annoncé des sources policières relayées par Le Figaro.

Il y a eu un attentat contre le chef d’état-major de l’armée, le général Prime Niyongabo, heureusement il n’a rien eu, mais deux des assaillants ont été tués et un troisième capturé“, a déclaré le directeur-général adjoint de la police burundaise, le général Godefroid Bizimana. Un haut-gradé de la police a précisé que quatre militaires de son escorte avaient également péri ainsi qu’une policière.

Une attaque « minutieusement préparée », selon Jeune Afrique

« L’attaque était minutieusement préparée, elle a été soudaine et violente. Quatre des gardes du corps du chef d’état-major ont été tués sur le champ, et lui-même n’a dû son salut qu’au fait que son chauffeur a dépassé un bus transportant des policiers, empêchant les assaillants de le rattraper », a expliqué ce haut-gradé ayant requis l’anonymat.

Le général Nyongabo est considéré comme un dur du régime burundais. Il a notamment contribué à la mise en échec de la tentative de coup d’État militaire des 13 et 14 mai derniers au Burundi.

Un autre homme-clé de l’appareil sécuritaire burundais et artisan de l’écrasement du putsch, le général Adolphe Nshimirimana, ancien chef du Service national des Renseignements (SNR) considéré comme le bras droit du président Pierre Nkurunziza, a péri dans une embuscade similaire – tendue par des hommes en uniforme militaire lourdement armés – début août.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source: Le Figaro/Jeune Afrique



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *