Présidentielle 2015 : La République du Grin fait semer la graine de la paix à cinq candidats

378 4

La République du Grin, une parodie d’une République d’Afrique qui avait jusque-là pignon… sur facebook, a posé ce 12 septembre 2015, son premier acte physique : une plantation d’arbres au siège de la Fédération burkinabè de football. Mais pas n’importe  quels arbres. Cinq candidats à la présidentielle de 2015 au Burkina ont planté cinq arbres de la paix qu’ils sont chargés d’entretenir et de préserver afin d’en récolter les fruits. 

Ils étaient tous là. Depuis le Tout puissant très très démocratique Président fondateur de la République du Grin, Hyacinthe Sanou (journaliste à L’Observateur Paalga), jusqu’à Monsieur Mains Propres Rabankhi Zida  (directeur de Sidwaya), en passant par chef d’état major général des armées du Grin Alassane Kaboré (membre de l’équipe de la communication du ministère chargé de la sécurité) et la Communauté internationale Yolande Kalwoulé (directrice de la communication de la Présidence du Faso), sans oublier les différents opposants Aimé Nabaloum et Jacques Théodore Balima (respectivement journalistes au Reporter et au Faso.net) et les candidats à la l’élection présidentielle de la République du Grin (Ibrahim Sougrinoma Guigma, entre autres).

Zéphirin Diabré s'est arc-bouté pour la paix
Zéphirin Diabré s’est arc-bouté pour la paix

Les Grinabè, nom des habitants de la République du Grin, étaient donc présents ce samedi au siège de la FBF. En face d’eux, les habitants du Burkina Faso, dont notamment le Président de la FBF, Sita Sangaré, et cinq candidats à l’élection présidentielle du Burkina : Ablassé Ouédraogo, Zéphirin Diabré, Boukary Ouédraogo dit Tintin, Me Bénéwendé Sankara, représenté par   Alexandre Sankara, et Issaka Zampaligré.

Mais le face à face s’est vite transformé en un melting pot. Le virtuel a rejoint le physique pour s’unir afin de porter en terre des plans d’arbres fruitiers dans la cour de la FBF. Le tout, dans une ambiance bon enfant et pleine d’humour et de caricature, à l’image de la très démocratique République du Grin.

Un bosquet de la paix

Mais pourquoi cette plantation d’arbres ? Voici la réponse du Président très très démocratique du Grin :  « Nous sommes une parodie de la scène politique nationale burkinabè. Mais ce que nous avons observé ces derniers temps, de ce qui se disait à travers les discours, les propos et les actes des acteurs politiques que nous parodions, c’est qu’il était nécessaire de préserver la paix et la stabilité dans notre pays.

Pour la paix, Ablassé Ouédraogo a posé un genou à terre © Alassane Kaboré
Pour la paix, Ablassé Ouédraogo a posé un genou à terre © Alassane Kaboré

Nous avons jugé qu’il était temps de les interpeller à semer le bon grain. C’est dans ce cadre que nous avons institué le concept de bosquet de la paix. C’est de les emmener à planter un arbre de la paix, un arbre fruitier dont ils récolteront les fruits. Le message, c’est de leur dire de récolter ce qu’ils ont semé».

Et pourquoi à la FBF et pas ailleurs ? Réponse du Président fondateur : « Nous avons choisi un cadre à côté du palais de Kossyam. C’est pour leur dire qu’ils ne sont pas encore à Kossyam. Il y a un seul qui va arriver à Kossyam et c’est celui-là qui viendra préserver et entretenir le bosquet que nous avons planté. C’est là la symbolique de cette plantation ».

Boukary Ouédraogo dit Tintin doit se souvenir de cet arbre de la paix lorsqu'il commencera la campagne électorale
Boukary Ouédraogo dit Tintin doit se souvenir de cet arbre de la paix lorsqu’il commencera la campagne électorale © Alassane Kaboré

Les candidats présents, eux, ont apprécié le geste et ont affirmé que le message est passé. La République du Grin compte poursuivre les neuf autres candidats absents ce samedi, afin que “le message passe”. Des correspondances leur seront adressées à cet effet, a assuré Hyacinthe Sanou.

Pour la petite histoire, la République du Grin (en référence au populaire grin de thé) est née d’échanges parodiques sur facebook entre le journaliste de L’Observateur Paalga et ses différents confrères. Ces échanges ont vite pris la coloration de la scène politique, et ce, quelques semaines avant l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014.

Les Grinabè tiennent à ce que les candidats à la présidentielles respectent le droit à la paix et à la stabilité des Burkinabè
Les Grinabè tiennent à ce que les candidats à la présidentielle respectent le droit à la paix et à la stabilité des Burkinabè © Alassane Kaboré

Les parodies sont le plus souvent moralisatrices et ont pour objectif principal d’être un miroir pour les hommes politiques et  leurs comportements, avec la mission de leur faire voir leurs erreurs et de les emmener à les corriger. Plus rien ne sera donc plus comme avant, tant à la République du Grin qu’au Burkina Faso !

Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Related Post

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *