Burkina : Think tank Agora Hakili-so met à disposition ses experts juridiques pour toute action légale

546 18

Ceci est une déclaration du Think tank Agora Hakili-so sur la situation nationale.

Citoyennes, citoyens, amis du Burkina Faso

Les forces du mal tapies dans l’ombre ont affiché leur visage au grand jour, menaçant le pays et son vaillant peuple.

En effet, depuis l’après midi du 17 septembre 2015 les sbires du tristement célèbre régiment de sécurité présidentielle(RSP), sont à nouveau entrés dans le jeu politique pour mettre en œuvre leur plan machiavélique de déstabilisation du Burkina Faso en vue de réinstaller au pouvoir les vomis du peuple que sont les thuriféraires du CDP et leurs alliés.

Les militaires du RSP, manipulés par le général Gilbert Diendéré qui a déjà été identifié comme le principal instigateur de toutes les trois précédentes tentatives de déstabilisation de l’appel de la société civile de juin 2015 s’est enfin affiché à visage découvert.

Il s’agit bel et bien du même Gilbert Diendéré qui a honteusement dirigé le commando qui a assassiné le Capitaine Thomas SANKARA Président du Faso le 15 octobre 1987 et pour lequel dossier de justice est entrain d’être rendue pour l’Histoire.

L’un des motifs évoqués pour justifier cette répugnante effraction dans notre processus de transition est la supposée organisation d’une élection devant permettre au CDP de Blaise Compaoré et de Fatoumata Diendéré, l’épouse de l’apprenti putschiste de perpétuer leur œuvre de pillage du pays des hommes intègres.

Le Think tank Agora Hakili-so rappelle que le pouvoir de Blaise COMPAORE a été vomi et déchu par le peuple et ses leaders ont pris la fuite ; que leur présence aujourd’hui dans l’actualité politique est le fruit d’un pardon magnanime octroyé par le peuple.

Que les dirigeants de l’ex majorité n’ont malheureusement pas fait leur mea culpa, témoigne que leur congrès a désigné Blaise COMPAORE, le dictateur, comme président d’honneur du CDP.

L’absence du CDP à l’élection présidentielle faut-il le souligner est due à son propre entêtement à proposer en toute connaissance de cause et comme candidat une personne qu’il savait inéligible alors que des cadres non impliqués et pouvant être candidats ont été mis sur la touche. A ce niveau le CDP est encore responsable de la crise nationale.

Les élections du 11 octobre 2015 étaient parties pourtant pour être un modèle de réussite tant au plan national qu’au niveau international. Voyant donc sa défaite politique venir, le CDP a décidé de jouer sa dernière carte, celle de l’aile militaire qui avait survécu à la fureur politique des 30 et 31 octobre 2014.

Du reste sous le fallacieux prétexte d’une élection inclusive les sbires du RSP, avec à leur tête le tristement célèbre DIENDERE Gilbert, tiennent le peuple en joug.

Le crépitement des armes ne saurait servir de boussole à notre peuple dont l’image se trouve affectée. C’est une erreur historique qu’ont commis ces soldats et ils en porteront l’entière responsabilité.

Ce faisant, l’Agora Akili-so :

  • Condamne fermement et avec la dernière énergie une tentative de retour en arrière inacceptable, car rétrograde, barbare, qui terni l’image de notre pays par des méthodes d’un autre âge.
  • Prend acte de l’empêchement forcé du pouvoir généré par la prise en otage de l’exécutif et des membres du gouvernement de transition. Elle se félicite de ce que le président du CNT, le Président SHERIF Sy, conformément à la constitution et à la Charte de la transition, assure les fonctions de Président du Faso.

Nous en appelons de fait à toutes les forces vives de la nation, civiles, paramilitaires et militaires à défendre vigoureusement et par tous les moyens les institutions républicaines de la transition mises en place par le peuple et à faire barrage à la forfaiture d’une poignée de soldats malintentionnés, au service du clan COMPAORE et de ses résidus.

Nous, membres de l’Agora hakili-so :

  • Appelons le chef d’Etat major des forces armées Burkinabè à prendre toutes ses responsabilités et à discipliner ses hommes car il est le premier responsable institutionnel de tous ces éléments égarés.
  • Appelons le peuple du Burkina Faso, hommes et femmes, des villes et campagnes, à l’intérieur comme à l’extérieur du Burkina Faso à organiser la résistance active historique et patriotique en se démarquant des traitres à la patrie jusqu’à la fin de cette forfaiture.
  • Appelons la communauté internationale à prendre la mesure de la réalité qui est que le Burkina Faso est otage du RSP et à peser de tout son poids pour un rétablissement des institutions et une réforme sincère et sans vengeance de l’armée incluant la dépolitisation des militaires et l’éloignement du RSP de la sphère politique.
  • Ce faisant à tenir pour responsables tous les auteurs de la tentative malheureuse de revirement à commencer par le Général Diendéré devant les juridictions nationales et internationales par rapport à toutes les exactions commises sur les populations.
  • Le cas échéant le Think Tank AGORA à travers son comité d’experts juridiques se tient prêt à s’associer à toute initiative en vue de faire aboutir des procédures par les voies légales.
  • Appelons enfin l’ensemble des forces patriotiques à restaurer le processus de retour à la démocratie et à aboutir aux élections du 11 octobre 2015 afin de sortir de cette crise qui a été orchestrée de longue date par le Capitaine Baise COMPAORE et ses acolytes pour maintenir leur système mafieux et néfaste.

Vive le Burkina Faso, Vive le peuple Burkinabè, Vive la démocratie.                             « Ni an lara, an sara ».

Le président                                               Le chargé des relations extérieures

SANTOUMA Oumtanongon                                          Sa Benjamin TRAORE



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Il y a 18 commentaires

  1. L esclusion est l armes de faiblesse, tricheurs, injustes , des corrompus. mr Charle Zongo quand ont a pas d arguments, de vision juste pour sa patrie, ont r?agi comme la votre. Illettr? c est ?a ta d?mocratie ? Vous avez pour une seconde fois assassin? sankara par votre actions injuste d esclusion

  2. Tu ne sai pas ce que tu dit que Dieu ai pitie pour toi pour ces blasph?me ….mon pays a fai 1 grand pa dan tou les domaine dactivit? pdt cette transition e stp ferme-la tu ne connai rien du Burkina

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *