Le Conseil national de la démocratie a pris le pouvoir

1599 114

Un militaire de l’armée (le colonel  Bamba) a lu une déclaration à la RTB télé sous le coup de 7h25 ce 17 septembre 2015 au nom du Conseil national de la démocratie (CND). Ce Conseil dénonce la gestion de la transition et différentes mesures prises, notamment la loi électorale, les arrestations d’anciens dignitaires du régime et la loi sur le statut des forces armées, entre autres. Un communiqué publié un peu plus tard dans la journée proclame le Gilbert Diendéré, président du CND. 

Le CND avoir pris le pouvoir et a annoncé la démission du président Michel Kafando et la dissolution du Conseil national de la transition.

Il déclare vouloir mettre en place un gouvernement d’union nationale en vue d’aboutir à l’organisation d’élections “inclusives”.

Voici l’intégralité de la déclaration

Aujourd’hui 17 Septembre 2015, les forces patriotiques et démocratiques alliant toutes les composantes de la nation et réunies au sein du Conseil National pour la Démocratie (CND) a décidé de mettre un terme au régime déviant de la transition. Instauré à la suite de l’insurrection victorieuse du peuple des 30 et 31 octobre 2014, le régime de transition s’est progressivement écarté des objectifs de refondation d’une démocratie consensuelle. La loi électorale, taillée sur mesure pour des individus et décriée par les instances et les hommes de droit, se dresse alors comme un outil de négation des valeurs de notre peuple, fondées sur l’esprit de justice, d’équité et de tolérance.

Cette loi a créé une division et une grande frustration au sein du peuple, érigeant deux catégories de citoyens. Malgré les recommandations fortes des chefs d’Etat de la CEDEAO, malgré une condamnation ferme de la Cour de justice de la CEDEAO, enjoignant au Burkina Faso de lever tous les obstacles à la libre participation des candidats élections, le Conseil constitutionnel va être instrumentalisé pour violer cette décision internationale.

La démocratie, c’est le droit de tout citoyen d’être électeur et éligible. La loi portant statut général des personnels des forces armées nationales et celle portant code de l’information, ont été promulguées à des fins personnelles et pour museler la presse.

Cette transition s’est également illustrée par des arrestations arbitraires, en négation des règles de droit, faisant le lit d’une justice sélective au service des vainqueurs. Dans un contexte sécuritaire sous-régional caractérisé par le terrorisme et le grand banditisme, la question militaire a été politisée et instrumentalisée.

Les propositions de l’armée, visant un traitement adéquat des questions en suspens, ont fait l’objet d’engagements solennels au plus haut niveau, n’ont pas été respectés, le but ultime étant de créer une crise factice, permanente au sein des forces de défense et de sécurité.

Nombre d’acteurs de cette transition se sont illustrés par des comportements aux antipodes des règles de bonne gestion de la chose publique.

Peuple du Burkina Faso,

Patriotes et démocrates amis du Burkina,

L’intervention du CND a pour but principal d’enclencher un processus cohérent, juste et équilibré, devant conduire à la mise en place d’un système institutionnel robuste. Ancré sur les principes cardinaux de la démocratie, comme l’égalité politique devant la loi, la libre expression politique et l’alternance, ce système institutionnel sera le socle du développement socioéconomique partagé du Burkina Faso.

Pour faire place à cette exigence, les mesures immédiates suivantes sont prises :

– Premièrement, le Président de la transition est démis de ses fonctions,

– Deuxièmement, le gouvernement de transition est dissous

– Troisièmement, le Conseil national de transition est dissous

– Quatrièmement, une large concertation est engagée pour former un gouvernement qui se dévouera à la mise en norme politique pour aboutir à des élections inclusives et apaisées.

Le CND voudrait également rassurer la communauté régionale et internationale, les partenaires au développement de sa détermination à respecter les accords qui engagent le Burkina Faso.

Peuple du Burkina,

Le Conseil national de la démocratie appelle tous les Burkinabè à soutenir activement et massivement, dans un esprit de tolérance et tolérance, le processus de reconstruction engagé dans le calme, la discipline et le travail.

Que Dieu protège le Burkina Faso

Le Conseil national pour la démocratie, CND



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

There are 114 comments

  1. Diapa adama |

    Ont pleurer beaucoup pour notre tr?s cher pays le Bf voyons le peuple

  2. Diapa adama |

    Regarde la population on pleure ont ses pas coma va devenir notre pays le Bf

  3. Il n’y avait que lui qui ne pouvais lire le communique de son g?n?ral de brigands et son conseil national des D?linquants; Lui c’est Bama, ont le connait pour cela. depuis l’universit? il a toujours ?t? tra?tre, voila pourquoi il s’est retrouv? au RSP car il fu parmi ceux la qui on d?nonc? les DABO Boukary aux hommes de gilbert. Lui la n’est pas un militaire de l’arm? burkinab?. Bama tu me fais honte.

  4. Lauric Ngouembe |

    Je condamne avec vigueur et fermet? la situation qui pr?vaut au Burkina. Un conseil qui se dit “patriotique et d?mocratique” aurait d? mobiliser les populations et les d?mocrates, pour se mettre dans la rue et barrer la route ? la pr?tendue d?viance qu’il pr?te au gouvernement de transition ; au lieu d’utiliser la force et les voies non d?mocratiques. Le CND n’a donc aucun fondement et/ou soubassement politique et d?mocratique; ainsi il ne peut pas pr?tendre donner des le?ons de d?mocratie au CNT ! Simples putschistes sans moindre l?gitimit? populaire, ne pourra pr?tendre r?tablir quoique que ce soit ou un sentier qui n’a jamais ?t? perdu par les autorit?s de transition.

    J’ai ?t? stup?fait de voir hier soir sur France 24, le SG du parti de Compaor? ?viter de r?pondre aux questions du journaliste ; notamment celle de savoir s’il condamnait le coup d’Etat. Il a plut?t cherche, sans pourtant y arriver, ? justifier ce putsch. C’est pitoyable pour homme politique d’un grand parti politique, qui accepte de tronquer les principes de la d?mocratie contre les int?r?ts personnels et contre la nation burkinab?e. Tous ceux qui s’aligne derri?re cette position d’opportuniste et d’?go?sme antid?mocratique, non pas droit de pr?tendre d?fendre les int?r?ts du peuple.
    Devant cette situation grave, l’arm?e burkinab?e, les autorit?s sous-r?gionales et africaines doivent agir pour arr?ter cette gesticulation pr?tentieuse des putschistes et sauver la d?mocratie. L’UEMOA, la CEDEAO et l’UA doivent, comme pour le cas du putschiste Sanogo au Mali, lancer un utilmatum au g?n?ral Diendere et ses accolytes. Fini cette utilmatum, les forces de l’UA et de la cedeao doivent s’interposer. Cependant, le silence et la passivit? de l’arm?e burkinab?e sont plus qu ?tonnants. Mais il n’est pas encore trop tard. Elle ne doit pas tirer sur quique ce soit, mais simplement prot?ger les manifestant et s’interposer en arbitre. Vive le Burkina, vive la d?mocratie et vive l’Afrique.

  5. le D?mocrate |

    Vous vous moquez de qui, vous bravez l??tat et prononcez des discours patriotiques.
    Le mieux pour vous est de r?tablir l’ordre c’est ? dire lib?rer l??tat du FASO.
    L??tat est plus fort que vous, donc renoncer vite ? la d?mesure.

  6. Honte a vous. Honte a toi. Je suis certain que meme vos famille ne cotionne pas vos agissements. Et les prendre en otage vous savez ceux que leur proches vivent actuellement??
    Vraiment vous ne meritez pas d’etre burkinabe.

  7. Ok mais s’il vous pla?t laisser l’a?roport pour que les p?lerins puisse partir

  8. Je suis decue, nous sommes fatigu?s du rsp, c est pr redonner le pouvoir ? blaise??? NON NON Dieu aie piti? du peuple burkinab?!!! Vous allez repondre une jour devant le tribunal de Dieu

  9. on se croirait dans un film, le RSP honte ? vous, ceci n’est pas un coup d’?tat, c’est du vol, vous n’?tes k des l?ches m?me un gosse n’agirait pa de la sorte, si vous ?tiez si pr?occupe de l’avenir de ce pays vous n’auriez jamais tirer sur nous encore moins soutenu le blaiso dans sa baiss?, votre idiotie confirme ce k disait Thomas Sankara :”un soldat sans aucune ?ducation politique est un criminel en puissance ” et sachez le chers amis vous n’?tes pas mieux k ces coupeurs de route la seule diff?rence c’est k eux au moins ne terrorise pa tout une nation

  10. Moi je ne connais pas le cdp, mais je suis d’accord, tout burkinab? ? le droit de se pr?senter ? une ?lection pr?sidentielle, pourquoi exclure certains or c’est le peuple qui d?cide, je pense ” on peut tromper le peuple mais pas tout le peuple”!

  11. Ces autorit?s africaines qui ont une mentalit? de merde vivement que Ca cesse. Soutien ? mes fr?res burkinab?s Madou Kabore Abdoulaye Samba Kome Amidou Porgo

  12. ? part le maniement scrupuleux des armes,tw tu ne vaux rien.arr?tez svp de tordre le coup de la d?mocratie.on le sait bien c est cdp qui vous a donn? le feux rouge.nous fils dignes de ce pays,nous pensons qu apr?s avoir humidifier la terre par notre sang les 30 et 31,ce ne sont pas ces fauteurs de trouble qui nous gouverneront.aucune arm?e aussi puissante soit elle ne peut venir ? bout d un peuple engag? ? ?crire une nouvelle page de son histoire.

  13. C’est inadmissible!!! Il n’est pas question de voler notre insurrection c’est honteux et l?che de votre part. Il faut tuer tous les BURKINAB?S avant de faire de telles annonces. A BAS le cnd!!!! ET VICTOIRE AU PEUPLE!!!! Nous sommes pr?ts ? mourir