Tabaski à Bobo-Dioulasso : Prière à la « Place de la Résistance »

Ce jeudi 24 septembre 2015, les fidèles musulmans de Bobo ont prié à la Place Tiéfo Amoro, cette même place qui a abrité la contestation contre le putsch pendant une semaine.

Durant une semaine, les manifestants étaient réunis à la place Tiéfo Amoro de Bobo-Dioulasso pour tenir la résistance contre le coup d’Etat perpétré le 17 septembre 2015. Ce 24 septembre 2015, ces lieux ont été choisis pour la prière de la tabaski.

Pour Alassane Guira, membre du Balai citoyen, c’est une manière pour la résistance de marquer l’importance de cette place et glorifier Dieu qui a fait que les putschistes sont tombés.

« Nous avons résisté durant une semaine et ensuite nous allons fait des prières ici pour rendre grâce à Dieu enfin qu’il puisse bénir le Burkina Faso et que cette situation ne puisse jamais se reproduire », a-t-il dit.

Cette prière a été dirigée par l’imam Oumarou Moné, membre du Cercle d’étude, de recherche et de formation islamique (CERFI). Après les deux rakats, Oumarou Moné a procédé à la lecture du sermon, avant de passer à l’immolation du mouton.

L’imam a remercié Dieu pour ce grand jour, car c’est un jour de glorification, un jour de bénédiction.

 « Le musulman partout où il doit être, il doit s’insurger contre l’injustice de toute forme »

Par ailleurs, il a rendu hommage à tous ceux qui sont tombés, tous ceux qui ont été assassinés et tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines de ces derniers jours, les blessés et les malades.

« Nous avons vu comme un seul homme le peuple burkinabé se lever pour barrer la route à tous ceux qui voulaient détruire notre pays. Beaucoup de Burkinabé se sont retrouvé depuis le premier jour pour manifester leur ras le bol pour se battre pour que le Burkina retrouve sa paix », dit-il.

Il se dit satisfait de faire la prière avec ces jeunes, qui se sont mobilisés pour résister contre le putsch, « car le musulman partout où il doit être, il doit s’insurger contre l’injustice de toute forme».

Les années antérieures, les grandes prières se faisaient dans des lieux tels que la place « Wara-wara » de Dioulasso-bâ, le boulevard de l’indépendant et certains espaces publiques. Cette année, les manifestants ont ajouté la place Tiéfo Amoro et proposent d’ailleurs de la baptiser « la place de la résistance Tiéfo Amoro ».

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page