La résistance continue au Yatenga jusqu’à la dissolution du RSP

642 0

La coordination provinciale de la résistance du Yatenga(COPRY) a organisé une conférence de presse le mercredi 23 septembre 2015 pour faire le bilan à mi-parcours de la lutte du vaillant peuple burkinabè contre le coup d’état, soldé par l’évincement de ses auteurs. Considérant la réinstallation des dirigeants de la transition dans leurs pouvoirs comme une victoire d’étape, le COPRY n’entend pas baisser les bras. Elle a montré son engagement à maintenir la presse pour exiger la dissolution du régiment de sécurité présidentielle (RSP). L’autre question qui irrite cette coordination à Ouahigouya, c’est l’éventualité d’une amnistie en faveur des putschistes dont fait cas la CEDEAO

« Tirant leçon de ces 07 jours de la résistance, la coordination estime que la mobilisation doit se poursuivre jusqu’au rétablissement effectif des institutions et la dissolution du RSP.

Elle lance donc un appel à une grande mobilisation ce vendredi 25 septembre 2015 et les jours qui suivent à partir de 8heures à la place de la nation et remercie au passage toutes les bonnes volontés qui se sont manifestées pour la soutenir dans ses activités » a indiqué Boureima Ouédraogo , le coordonnateur de cette coordination regroupant des partis politiques, les mouvements de la jeunesse et les organisations syndicales.

Tout en se félicitant de la remise au pouvoir aux autorités de la transition, du cantonnement et l’inventaire du matériel du régiment de sécurité présidentiel, la coordination dit vouloir maintenir la flamme de la lutte pour aboutir à la dissolution du RSP.

Les dirigeants de cette coordination ont réaffirmé leur refus catégorique contre la participation de ceux qui ont été déclarés inéligibles par le conseil constitutionnel à prendre part aux élections. A les entendre, ce serait une imposture et une prime à l’impunité que d’accorder l’amnistie aux auteurs du coup d’état.

Pour les portes- paroles des frondeurs à Ouahigouya, Gilbert Diendéré et sa bande doivent être arrêtés et jugés pour les crimes qu’ils ont commis. Le COPRY a témoigné sa reconnaissance aux autorités coutumières et religieuses, aux forces de défenses et de sécurité pour l’oreille attentive qu’elles ont accordées à leurs messages les invitant à être solidaires de la lutte du vaillant peuple burkinabè.

Les combattants pour la liberté et le coup d’état à Ouahigouya ont salué les actions citoyennes entreprises au cours de cette lutte, notamment le balayage de la place de la nation par la gent féminine pour permettre sa bonne occupation par les fidèles musulmans pour la prière de la fête de Tabaski, l’acceptation des agents de santé à permettre le fonctionnement de certaines maternités dans les CSPS de la ville afin de décongestionner le trop plein de la maternité du CHR de Ouahigouya, les dotations de certaines bonnes volontés pour permettre la tenue des activités.

Il faut noter que depuis l’annonce du coup d’Etat dans la soirée du mercredi 16 septembre, la coordination a jusqu’au mercredi 22 septembre multiplié les marches à l’intérieur de la ville pour exiger le départ des putschistes. Chaque nuit, elle maintenait la flamme de la mobilisation par des projections cinématographiques, suivies de débats à la place de la nation de Ouahigouya.

Les lieux de commerce et les services administratifs sont restés fermés pendant cette lutte. Fête de Tabaski oblige, la coordination a de concert avec les commerçants, permis l’ouverture du grand marché depuis le mercredi 22 septembre 2015. «  Le peuple est en phase avec le décret de dissolution du RSP prononcé par le président intérimaire Moumina Shériff SY et souhaite que le conseil de ministre l’entérine lors de sa prochaine session » clame les responsables du COPRY.

Brice manegré Ouédraogo

Correspondance particulière



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

L’Afrique danse à Ouaga

Posté par - 27/11/2016 0
 La triennale « danse, l’Afrique danse ! » bat son plein à Ouagadougou et ce jusqu’au 3 décembre 2016. Le top départ de…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *