Lettre de Résistant à SEM Michel Kafando, Président de la Transition

523 0

Ceci est une lettre ouverte adressée au Président Michel Kafando sur la situation du Régiment de sécurité présidentielle (RSP).

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Notre vaillant Peuple résistant et combattif, se félicite de votre retour triomphal, qui selon vos propres mots, dans un discours solennel d’inspiration populaire, révolutionnaire, réaffirme votre « légitimité nationale » et votre respect sur le plan international. Une telle légitimité réaffirmée, rappelle qu’au delà du vote classique au suffrage universel, la désignation d’un Président à la tête de l’Etat par consensus, de façon inclusive par les forces vives de la nation, demeure une modalité tout aussi valable et solide.

C’est en ce sens que la démocratie burkinabè en chantier, est un modèle, plus que jamais.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Depuis l’annonce du « coup d’Etat » macabre, assumé par ses auteurs en date du 17 septembre 2015, nous avons été animés par cette conviction certaine dans la Résistance offensive, que votre retour était une question d’heures, tout au plus, une question de jour (1). Seul un odieux assassinat précipité, pouvait empêcher cette éventualité. Aujourd’hui, le temps lui-même, nous donne raison. Moins d’une semaine après, vous avez honorablement retrouvé votre fauteuil présidentiel, sous les acclamations du Peuple vainqueur.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Cette énième atteinte grave à la sécurité de l’Etat, assimilable à la trahison de la nation qui pleure aujourd’hui encore le sang de ses filles et fils, a été possible, à cause de notre excessive tolérance, observée vis-à-vis des personnes citées pendant longtemps, quasiment dans toutes les bouches de citoyens burkinabè et étrangers, comme étant une menace pour la Transition. Des éléments du RSP, viennent définitivement d’illustrer après maints remous récurrents dans ce corps, ce que nous avons diagnostiqué dans nos différentes publications (1), présentant cette unité armée, comme étant dangereuse pour elle-même.

Nous sommes totalement fondés à limiter le nombre d’intervenants des éléments du RSP dans ces troubles, par la logique conviction que pour un corps social aussi composite que ce régiment en divers aspects (grades, âges, générations, promotions, genres, avantages particuliers, etc.), il est difficile qu’une personne, une seule personne, en l’occurrence, le leader de la mutinerie, puisse y faire l’unanimité !

Certains ont pu être mis devant le fait accompli. C’est pourquoi, sans transiger, les éléments du RSP, ne se sentant ni de près, ni de loin liés aux initiatives de cette action macabre, doivent se démarquer de façon radicale pour que les responsabilités soient clairement situées. De même, les auteurs d’une telle aventure tragique, aux conséquences graves pour les citoyens, les familles et le cours normal de la Transition, devront s’assumer et accepter normalement et régulièrement, les conséquences de droit qui en découlent : c’est cela, faire preuve de responsabilité, pour laquelle, nous ne sauront manquer d’applaudir.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Suite à votre empêchement, le vaste Mouvement de Résistance Offensive organisé par le Peuple burkinabè dans toutes ses sections, en compagnie des Peuples et Organisation amis étrangers, nous a permis d’assurer la continuité de l’Etat, avec Son Excellence Moumina Sheriff Sy, à la tête de l’Etat comme Président du Faso par intérim, de façon totalement légal et légitime, selon les dispositions des textes fondamentaux régissant la Transition : Constitution de 1991 et Charte de la Transition.

Avec cette continuité de l’Etat assurée par l’Autorité légitime de la Résistance, dans des conditions d’exerce très difficiles, avec l’atteinte grave à la liberté de circuler et d’expression, entraves visibles dans les dégâts enregistrés au niveau des maisons de presse, nous sommes en droit de dire en termes scientifiques, que ces graves perturbations causées par quelques éléments du RSP, étaient plutôt une mutinerie à fort relent putschiste, enrôlant juste quelques élément du RSP.

Son Excellence Monsieur le Président intérimaire du Faso, a pris des actes majeurs, diffusés sur les ondes de la « Radio de la Résistance », accessible jadis, au 108.00 FM :

  • dès les première heures de la mutinerie, il a fait un Appel du Peuple intègre, digne et républicain, à la Résistance par tous les moyens, pour faire échec à la volonté affirmée de solder le putsch par ses auteurs, qui a eu pour effet, de galvaniser nos troupes de résistants, dans toutes les sections du Peuple combattif et endurant ;

  • le second acte majeur, très salutaire et, objet principal de la présente correspondance, est la prise opportune, du DECRET n° 001, en date du 22 septembre, portant dissolution du Régiment de Sécurité Présidentiel (RSP).

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Ce décret historique, courageux et démystificateur de ce corps du RSP, vient à point nommé ; ce moment opportun, où tout le Peuple implacable du point de vue de sa dignité, et de sa liberté, reste encore débout et mobilisé, pour en finir une bonne fois pour toute, avec toute autre menace déstabilisatrice de ce corps. Ce corps, contraire dans son fonctionnement, à l’esprit de la République, de l’armée républicaine, et dangereux pour lui-même et ses propres éléments(1), devenus en fin de compte, de véritables esclaves d’un système hiérarchique militaire, pervers en son sein.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Nous Peuple, vu à la face du monde entier, hautement connecté, finalement las de monnayer notre dignité, notre paix et notre liberté, à cause de la peur de mourir, une peur de mourir qui cependant, ne nous épargne pas, pour certains fils et filles de la nation, d’être abattus froidement comme des lièvres dans la rue, appelons Votre Excellence de tout notre vœu, à prendre acte de ce décret historique n° 001, de l’Autorité légitime Transition, dans son action de Résistance offensive. A ce titre, nous souhaitant, que sans entrave de temps, cette décision suive son cours normal, pour sa publication dans le Journal Officiel, stade final, marquant sa mise en vigueur.

Pour une Résistance appelée à durer éventuellement, ce décret, donnait, ou donne incontestablement, l’avantage d’effondrer comme un château de carte, toute la hiérarchie insidieuse, existant au sein du RSP. A ce titre, tout autre ordre, se réclamant d’un éventuel RSP, ne devient que pur informel, et illusion du passé, et entre en violation de la loi ! A cet égard, il est traité comme tel avec rigueur, surtout en ces temps troubles, et réprimé par les forces de défense et de sécurité, selon la loi en vigueur.

Au regard de ces avantages et du souci de cohérence avec la gestion légale du pouvoir pendant le Résistance, il reste incontestable que le Décret n°001, correspond à « la solution finale du nœud RSP ». Ce décret, il faut le rappeler, pris par l’Autorité intérimaire légal de la Transition, conviendrait à être complété certes, avec d’autres actes portant notamment sur les mesures sociales d’accompagnement du personnel du RSP.

De par son contenu, maintes fois revendiqué longtemps par la société civile, notamment le MBDHP, la CCVC, les mouvements syndicaux, le Collège des Sages dans son rapport de 1999, etc., cette solution finale mérite d’être soutenue sans calcul aucun, par les candidats à la Présidentielle, pour leurs propres sécurités, une fois au pouvoir, à l’issue de l’élection à venir.

A ce titre aussi, Excellence Monsieur le Président du Faso,

Permettez-nous de soutenir que les forces vives, composées par les partis politiques, les OSC, les autorités coutumières et religieuses, les forces de défense et de sécurité, feraient un choix excellent, de s’approprier cette décision, à un moment où les forces citoyennes battantes restent débout, sur les gardes, pour traduire sur le terrain, un acquis démocratique de taille, une avancée dans la noble lutte de libération du Peuple Burkinabè, fraction du Peuple africain, pour préserver et défendre sa dignité.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

Du coup, la manipulation politicienne cristallisée autour des concepts « inclusion/exclusion », se trouve définitivement réglée et évacuée. En effet, cette mobilisation générale du Peuple contre « l’imposture », montre que sur la base d’une opinion générale tendancielle, – tendance que mesurable par plusieurs méthodes scientifiques pertinentes en dehors du vote -, les autorités légitimes et légales, peuvent fixer des critères d’inéligibilité à travers des lois électorales (code), notamment pour des citoyens qui se sont rendus responsables d’actes suffisamment graves, comme l’atteinte à la Constitution, dans son esprit d’alternance démocratique.

Excellence Monsieur le Président du Faso, Chef suprême des armées,

Tout en sollicitant votre magnanimité face à tout cas de formulation maladroite dans la présente lettre ouverte, nous vous prions d’agréer l’expression de notre très haute considération, et de notre modeste contribution patriotique, à l’évolution démocratique de notre nation.

Burkina Faso, le 24 septembre 2015.

Unité, Progrès, Justice.

Idrissa Diarra
Géographe & politologue.
Secrétaire exécutif du Mouvement de la
Génération Consciente du Faso (MGC/Faso).
Courriel : [email protected]

La non-violence et l’intelligence au service de l’humanité

Pièces jointes:

DECRET N° 001, portant dissolution du RSP

Article 1 : Le Régiment de Sécurité Présidentiel (RSP) est dissout !
Article 2 : Les officiers, sous-officiers, les [soldats] du RSP, sont mis à la disposition du Chef d’état-major général des armées.
Article 3 : Le Chef d’état-major général des armées, est chargé de l’exécution du présent décret.
Article 4 : Le présent décret sera publié dans le Journal Officiel du Burkina Faso.

Fait à Ouagadougou, le 22 septembre 2015.

Moumina Sheriff Sy,

Président du Conseil National

de la Transition,

Président du Faso par intérim


  • Nos publications antérieures sur le sujet, en liens Internet:
  1. Lettre philosophique à l’intention du RSP,

Opinion – “Lettre philosophique à l’intention du RSP” (1)

  1. Lettre philosophique à SEM le Président de la Transition, Président du Faso à propos de la crise de Gouvernement de la Transition et des remous au Régiment de sécurité présidentielle

http://bayiri.com/opinions/lettre-philosophique-a-sem-le-president-de-la-transition-president-du-faso.html

Abréviations :

MBDHP : Mouvement Burkinabè des Droit de l’Homme et des Peuples

CCVC : Collectif Contre la Vie Chère, l’impunité et la corruption

OSC : Organisation de la Société Civile

CNT : Conseil National de la Transition



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *