Le Général Diendéré appelle les soldats de l’ex-RSP à “déposer les armes”

643 3

Accusé d’être à la  base de l’arrêt du désarmement des soldats de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), le Général Gilbert Diendéré, dans un entretien accordé à la Radio Oméga, a dit le contraire. « Je ne suis pas leur chef (…). Ce n’est pas moi qui décide du désarmement. Je suis avec les soldats pour les conseiller », explique-t-il.

L’assaut mené a finalement abouti à la “libération” du camp Naaba Koom : Lire

Il a cependant appelé les soldats du RSP à déposer les armes et à éviter l’affrontement. “Je demande aux éléments du RSP d’accepter de déposer les armes pour ne pas envenimer la situation. Je suis soucieux de la sécurité du pays, je suis soucieux de la paix dans le pays, de baisser les armes et de revenir au camp ou dans leurs lieux d’affectation. Je demande de déposer les armes pour éviter un bain de sang. (…) Je leur demande de déposer les armes et de s’inscrire au camp 1178″. 

Le Général Diendéré révèle également qu’il ne contrôle plus la situation, car ce sont  des “éléments incontrôlés” qui sont actuellement à la manoeuvre. “Il y a des éléments incontrôlés qui ont pris des initiatives”, dit-il. Il explique que ces militaires sont “en colère” à cause du désarmement, mais surtout de la réaffectation de leurs effectifs. “Ils auraient préféré rester ensemble”, dit le Général sur Radio Oméga.

Il confirme aussi que les affrontements ont débuté et que des tirs à l’arme lourde ont débuté dans les environs du camp Naaba Koom. En effet, dans la soirée, aux environs de 17h, des détonations ont été entendues à Ouagadougou ce mardi 29 septembre 2015 aux environs de 17 heures GMT. Celles-ci proviennent de l’assaut donné par les Forces armées nationales contre le camp Naaba Koom où se sont retranchés les derniers résistants de l’ex-RSP, après des tirs à l’arme lourde depuis le camp Sangoulé Lamizana sur le camp Naaba Koom, selon l’Etat major général des armées.

Le Général Diendéré réfute par ailleurs l’accusation selon laquelle il aurait fait rentrer des jihadistes au Burkina. “Je réfute catégoriquement cette accusation”.

L’ancien président du CND confirme enfin que le chef de corps du RSP, le commandant Korhogo Aziz et le capitaine Abdoulaye se sont rendus avec quelque centaine d’éléments du RSP.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *