Burkina : Les « boys » accueillis en héros de retour dans leur garnison

187 0

Après la « libération » des populations du coup d’Etat du 16 septembre orchestré par le Général Gilbert Diéndéré, les soldats des différentes garnisons qui ont pris d’assaut le camp Naaba Koom II à Ouagadougou, sont repartis « au bercail ». Ceux de Bobo-Dioulasso ont été accueillis par une marée humaine à plus de 10 kilomètre de l’entrée la ville, dans la nuit du vendredi 2 octobre 2015.

Prévue pour 18 h 30, c’est finalement aux environs de 22h que les soldats de la deuxième région militaire de l’armée nationale ont fait leur apparition à l’entrée de Sya.

« Gilles Bationo, haw dansé », « les vrais soldats arrivent », « haw ni bara » ; «vous avez triomphé le drapeau national » sont entre autres des messages que les populations scandaient à l’arrivée des « boys » commandés par le colonel Gilles Bationo, dans la nuit du vendredi 2 octobre 2015.

Les populations n’ont pas marchandé leur présence sur les lieux pour leur souhaiter la bienvenue.

Les habitants de Bobo sortis accueillir les militaires
Les habitants de Bobo sortis accueillir les militaires

Larmes aux yeux, acrobaties avec des motocyclettes klaxons, sons de djembé et cris de cœurs, ont rythmé le cortège qui a « escorté » les militaires. Des soldats ont mis pied à terre pour saluer la mobilisation. C’est le cas du colonel Gilles Bationo.

Les habitants de Bobo ont montré la fierté qu’ils avaient de ces braves soldats qui sont allés libérer le Burkina tout entier. Pour Badra Aly Zerbo, « les mots me manquent. J’ai des larmes aux yeux car c’est du jamais vu au Burkina Faso. Une fois de plus les Burkinabè ont démontré la solidarité, l’union et la fraternité, cette mobilisation témoigne à quel point les « Hommes intègres » sont unis dans les moments difficiles. Nous rendons hommage à notre armée nationale qui a su vraiment jouer la carte afin de triompher le drapeau du Burkina Faso dans l’unité ».

Ce dernier n’a pas pu contenir ses larmes. Il a remercié la population pour cette forte mobilisation et demandé une union sacrée entre les Burkinabè.

Les soldats ont pu rejoindre leur caserne aux environs d’une heure du matin.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre