Un accueil triomphal pour les soldats de Tenkodogo

420 0

Aussitôt libérés ce 2 octobre par l’état-major général des armées, aussitôt les soldats venus des régions ont repris le chemin du retour pour rejoindre leur garnison. L’annonce de leur arrivée a été relayée par les radios locales de Tenkodogo. Et comme si elle n’attendait que ça, la population de Tenkodogo s’est mobilisée, puis réserver un accueil chaleureux à ces militaires partis défendre la patrie.  C’est une foule immense en liesse qui les a accompagnés jusqu’au camp du 31e Régiment d’infanterie commando (RIA) de Tenkodogo.

Annoncée pour 16 h, c’est aux environs de 17 h 30  que l’arrivée des premières colonnes des soldats a été aperçue. Telle une traînée de poudre, les populations sont sorties pour attendre leur passage.

Tous les moyens ont été mobilisés pour un accueil chaleureux
Tous les moyens ont été mobilisés pour un accueil chaleureux

A l’approche de leur arrivée aux environs de 17 h, l’entrée de l’axe Koupéla-Tenkodogo grouillait de monde. La chaussée est devenue presque impraticable surtout pour les gros camions, obligés de stationner. Le péage est bloqué par une foule immense qui trépignait d’impatience de voir le retour des soldats.

Le long de la voirie, on pouvait voir une haie d’hommes, de femmes et d’enfants ; bref personne ne voulait se faire conter le retour de ces « vaillants militaires ».

Soutenue par les populations des villages environnants, la population de Tenkodogo a constitué une haie d’honneur de près de 5 kilomètres (du péage jusqu’à l’entrée de la ville), pour accueillir les « sauveurs » de la Nation.

Le tout accompagné d’une ambiance folklorique qui donne un cocktail de mélange de musique, de bruits de ‘’vouvouzéla’’ et de sifflets. C’est un cortège composé de milliers de personnes, qui se laissait voir. Qui à motos, qui à véhicule pour leur rendre un vibrant hommage à ces militaires qui étaient allés à la mission de Ouagadougou.

A leur arrivée, c’est à travers des cris de joie, des ovations  et des scènes de liesse qu’ils ont été raccompagnés dans leur caserne.

C’est à l’appel de l’état-major général des armées, à la suite du putsch du 16 septembre dernier, que ces soldats s’étaient rendus dans la capitale pour contraindre les éléments de l’ex Régiment de sécurité présidentielle à déposer les armes. C’est donc à l’issue de cette mission accomplie qu’ils regagnent leur garnison respective.

Martin OUEDRAOGO

Correspondant à Tenkodogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre