Côte d’Ivoire : Amnesty exige la “fin des arrestations arbitraires”

712 2

Dans un communiqué publié le lundi 05 octobre dernier, Amnesty International a invité les autorités ivoiriennes à “mettre fin aux arrestations arbitraires d’opposants (…) à l’approche de la présidentielle” du 25 octobre.

“La Côte d’Ivoire doit mettre fin à la vague d’arrestations arbitraires d’opposants politiques et au recours à toute forme de mauvais traitements…Une soixantaine de personnes dont plusieurs cadres de l’opposition, ont été arrêtées depuis la mi-septembre, suite à la publication par le conseil constitutionnel de la liste des candidats à l’élection présidentielle (…) Au moins trente sont toujours en détention“, a indiqué l’organisation de défense des Droits de l’Homme dans son dernier communiqué relatif à la Côte d’Ivoire.

Amnesty international révèle que “certains ont subi de mauvais traitements lors de leur arrestation et étaient détenus au secret pendant plusieurs semaines, sans avoir accès à un avocat ou à des soins médicaux”, tout en estimant que “les récurrentes arrestations et détentions arbitraires d’opposants politiques créent un climat de peur qui compromet l’exercice de la liberté d’expression”.

Une partie de l’opposition favorable à l’ex-président Laurent Gbagbo, qui attend dans une cellule son procès à la Cour pénale internationale (CPI), conteste l’éligibilité de M. Ouattara et avait appelé à des marches.

Amnesty dénonce notamment l’arrestation de Samba David, membre de la Coalition nationale pour le changement (CNC) qui s’oppose à un deuxième mandat du Président Ouattara comme autorisé par le Conseil constitutionnel ivoirien.

Il a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir appelé à des marches et manifestations anti-deuxième mandat du Président sortant. Ces marches ont dégénéré en des affrontements intercommunautaires qui ont fait deux morts près de Gagnoa (300 km à l’ouest d’Abidjan), la région natale de M. Gbagbo.

Samba David, a été arrêté le 13 septembre à son domicile (…). Sa maison a été saccagée et il a été frappé à coups de crosse, y compris au niveau des organes génitaux. Il a été détenu au secret pendant deux jours sans accès à un médecin”, affirme Amnesty.

L’élection présidentielle en Côte d’Ivoire aura lieu le 25 octobre 2015 prochain. La dernière présidentielle ivoirienne a été marquée par une crise post-électorale qui a coûtée la vie a plus de 3.000 personnes en cinq mois.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant Burkina24 en Côte d’Ivoire.



Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. Voici un monsieur qui se dit d?mocrate alors qu’il est pire que ADOLPHE HITLER. Je pr?viens que ce ouottoro l? va bruler la RCI. Il se reproche forcement quelque chose sinon pourquoi des arrestations arbitraire contre des personne ? mains nues? Un fantoche n’est jamais sur de lui, il ne connait que de la tricherie, des raccourcis. Du courage ? nos fr?res de RCI, nous ne doutons pas un seul instant qu’ils retrouveront la vrais libert? un jour.

  2. Comment un pr?sident qui sait faire la distinction entre pauvres et riches n arrive t il pas consolider son pays en temps d ?lections ? O? faut il voir par la un pauvre aspect de tripoter les ?lections maladroitement ? son gr? ? O? faut il dire ? se dernier de se faire recadr? par les pauvres ? En fin il n Ya de pays pauvres mais de ddirigeants ? pauvre esprit qui pense que tout s obtiens par la magouille.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *