Elections au Burkina : L’Union européenne déploie plus de 80 observateurs

150 0

Pour la première fois, l’Union européenne déploie une Mission d’observation électorale dénommée MOE UE au Burkina Faso. Le lancement de la mission a eu lieu officiellement en présence du chef observateur, membre du parlement européen Cécile Kashetu Kyenge. L’annonce a été faite ce jeudi 8 octobre 2015 dans la capitale Ouagadougou lors d’une conférence de presse.

C’est la toute première mission que la MOE UE effectue en terre burkinabè. Selon la chef de la mission, c’est à la demande du gouvernement du Burkina qu’elle doit sa présence dans le pays. « On part là où arrive la demande », justifie-t-elle.

Elle ne cache pas non plus sa joie d’être présente pour la surveillance du processus électoral et assure que l’UE est déterminée à soutenir le Burkina Faso pour parvenir à des élections apaisées, libres et transparentes.

« Nous sommes très heureux d’être présents pour observer ces élections, qui représentent une étape importante dans le futur du Burkina Faso », a dit Cécile Kashetu Kyenge, chef observateur de la mission.

A l’image de Mme Kyenge, son adjoint Tommaso Caprioglio, assure que la mission se contentera de faire son travail conformément aux accords régionaux et internationaux. « Sachez qu’on est à vos côtés, sachez qu’on est là et comptez sur nous, sur notre transparence, indépendance, neutralité et notre impartialité », a-t-il dit.

Stimuler. Pour la chef observateur de la MOE UE, la mission peut fournir « un grand service » dans le processus. La présence des observateurs selon elle, peut « stimuler un processus transparent et libre ». Elle a ajouté que le rapport de la mission fournira une analyse compréhensive des recommandations sur les aspects à considérer pour une amélioration du prochain processus électoral.

« Aucun processus électoral n’est parfait », a dit Tommaso Caprioglio, adjoint de Mme Kyenge. La spécificité de la MOE UE selon Tommaso Caprioglio, c’est qu’elle se fait à long terme. C’est ce qui explique selon lui la présence de la mission dans le pays depuis le 5 septembre dernier, c’est-à-dire un mois bien avant la date prévue pour le scrutin qui avait été fixée pour le 11 octobre.

Pour cela, la mission prévoie le déploiement de plus de 80 observateurs sur toute l’étendue du territoire national dans le cadre des élections présidentielle et législatives à venir. 24 d’entre eux seront déployés trois semaines avant le scrutin (« longue durée ») et 48 autres plus tard (« courte durée »).

Part d’héritage. Il est prévu par la MOE UE la divulgation des résultats de son analyse. Elle prévoie le faire deux jours après les élections. En cas de second tour, la MOE UE reprendra le même processus.

« A la fin du processus électoral, je reviendrai avec Mme Kyenge pour présenter le résultat final qui sera beaucoup plus complet, plus long. Cela va être l’héritage de la mission, notre contribution concrète qu’on va laisser ici au Burkina Faso pour les processus à venir », a déclaré Tommaso Caprioglio.

Oui KOETA

Burkin24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre