Bousculade à la Mecque: Le gouvernement burkinabè a «voulu garder une attitude prudente »

495 0

« Pour couper court à toutes ces rumeurs » à la suite de profusion d’informations relatives au bilan des victimes de la bousculade du 24 septembre dernier à Mina, le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation en compagnie des membres de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) ont animé une conférence de presse ce mardi 13 octobre 2015. Ils ont ainsi livré les informations à leur disposition sur le bilan officiel et les mesures prises en vue de l’accueil des pèlerins dont le premier vol retour est programmé pour le jeudi 15 octobre.

Sur 6 600 pèlerins enregistrés, 5 662 ont pu partir pour le pèlerinage. Le ministre lie ce  nombre au putsch avorté du 16 septembre dernier. Ainsi 938 pèlerins n’ont pas pu effectuer le voyage à la Mecque. Le remboursement est prévu pour ceux qui le souhaitent et la priorité sera accordée à ceux qui désirent effectuer le voyage de l’année prochaine lors de l’attribution des visas.

Victimes de la bousculade

Ils sont  au total 22 pèlerins qui ont perdu la vie au cours de la bousculade du 24 septembre à Mina. 15 autres décès ont été enregistrés de suite de maladie et 9 disparitions signalées. C’est le bilan officiel datant du 12 octobre qu’ont annoncé les autorités ce matin.

« Nous avons voulu garder une attitude prudente parce que la situation est évolutive. Il ne servait à rien de se précipiter pour donner des chiffres qui sont susceptibles d’évoluer », a déclaré le ministre Youssouf Ouattara qui espère une évolution de la situation à l’image de « la bonne nouvelle » du jour. Au nombre des disparus, un pèlerin du nom de Zerbo Dramane a été retrouvé vivant. Et le ministre ne cache pas sa joie quant à la découverte de cet élément nouveau.

Mesures prises. Pour l’accueil des pèlerins dès leur retour dans le contexte de deuil, 4 mesures ont été prises par les autorités. Il est prévu l’accueil des pèlerins par les plus « hautes » autorités gouvernementales, religieuses et leurs parents.

S’en suit l’organisation de cérémonies sur toute l’étendue du territoire et la mise en place d’une cellule de crise pour la prise en charge des blessés à l’aéroport et l’assistance psychologiques aux pèlerins et aux parents. Il est enfin mis à la disposition du public un numéro vert pour le tenir informé.

Pas de rapatriement prévu pour les corps

Pour la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), le rapatriement des corps des victimes décédées n’est pas à l’ordre du jour. La bousculade ayant lieu après Arafat selon elle, les défunts ont donc pu accomplir le rite essentiel du Hadj et ont été purifié.

« Le musulman est enterré là où il décède. Mieux, les lieux saints sont pour le musulman les meilleurs endroits où il peut reposer son corps », a indiqué l’imam Tiego Tiemtoré de la FAIB.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *