Crise au 2ie : Les délégués syndicaux livrent leur version des faits

121 0

La Fédération des Syndicats Nationaux des Travailleurs de l’Education et des Travailleurs de l’Education et de la Recherche (F-SYNTER) a animé une conférence de presse dans la matinée du lundi 19 octobre 2015 à Ouagadougou. L’objet de cette conférence était de présenter aux hommes de médias la situation qui prévaut entre la direction générale et le personnel de 2ie.

Engagée depuis juin 2015, la lutte des travailleurs de 2ie avec l’appui du F-SYNTER, est orientée sur la liberté syndicale, le droit d’existence des délégués syndicaux et du personnel, le respect de la législation du travail du Burkina Faso à laquelle est assujettie la fondation 2ie à travers l’accord de siège qui la lie au pays hôte.

Selon la F-SYNTER, à la date du 30 avril 2015, elle s’est vue non seulement dénier le droit d’existence mais aussi refusé l’existence de ses délégués syndicaux à 2ie. Elle a pu constater « un mépris affiché » de la législation du travail et des institutions.

Pour le secrétaire Général de la F-SYNTER Mamadou Barro, «  depuis la prise de service du nouveau Directeur Général Hama Amadou à ce jour, 9 licenciements ont été prononcés, 10 contrats à durée déterminés ont été rompus, 28 travailleurs ont été poussés à la démission et les intimidations et menaces sont érigées en règles de management du personnel ».

En dépit de la déclaration du caractère illégal de l’inspection du travail de certains cas de licenciement, le Directeur général en a fait à sa tête, a-t-il ajouté.

Vu la gravité de la situation, le conseil d’administration a recommandé la mise en place d’une médiation qui a rencontré toutes les parties prenantes. C’est dans l’attente du rapport de cette médiation, le 08 octobre dernier qu’un des membres du bureau syndical, en la personne de Lawani Mounirou, a été licencié.

Au vu de cette situation, la F-SYNTER exige qu’une négociation soit ouverte entre les travailleurs et l’administration, la levée sans conditions des sanctions prononcées contre les travailleurs, et les réparations des injustices faites aux étudiants.

La question de 2ie deviendra « une question nationale », laissent entendre les responsables de la F-SYTER, si des solutions satisfaisantes n’étaient pas trouvées par les autorités dans les meilleurs délais, martèle le Secrétaire Général.

En rappel, la fondation 2ie est une école d’excellence d’envergure internationale qui est implantée au Burkina Faso et qui accueille chaque année une trentaine de nationalités.

Saâha-Iyaon SOME BEKUONE (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 1 commentaire

  1. Chercher le probl?me |

    Depuis que le prof ( non reconnu par le CAMES) a pris les reine du 2iE, il se comporte comme un monarque.
    1- Nominations fantaisistes pour service rendu.
    2- Creation de nouveaux postes de directeur encore pour service rendu. Il faut noter qu’il ya plus de directeur aujourdhui que sous l’ancienne direction ou Maiga n’etait que le Directeur G?n?ral Adjoint.
    3- Intimidation ? travers des licencements abusifs de personnes importantes du 2iE, histoire de mettre tout le monde au pas.
    4- Rupture de la collaboration scientifique et technique avec des institution comme l’IRD. le CIRAD et bien d’autre.

    Le probl?me au 2iE c’est Ma?ga et Kwam? (SG) qui sont entrain de tout faire pour couler l’?cole, ? quelle fin? bien malin qui pourra me le dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre