56e Session ordinaire du CDP : Le “réaménagement” du parti sur la table

131 3

Le Bureau politique national du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) tient sa 56e Session ordinaire ce samedi 24 octobre 2015 à Ouagadougou. C’est l’occasion pour les militants de l’ancien parti au pouvoir de méditer notamment sur la vie politique du parti suite au putsch du 16 septembre et la « mise en place d’un comité de réflexion sur les alliances que le parti peut envisager » concernant les élections présidentielle et législatives du 29 novembre prochain.

La 56e session ordinaire du CDP présidée par le 3e vice-président du parti, Moïse Nignan-Traoré, compte délibérer sur des questions liées aux activités politiques et à la réorganisation du parti suite au « putsch Diendéré ». Selon les propos de Moïse Nignan-Traoré, entendez par « réorganisation, le réaménagement même du parti ».

Moïse Nignan-Traoré par ailleurs président du Bureau politique national a exhorté ces camarades « à maintenir le cap » car le parti va bel et bien participer aux élections à venir.

Le CDP a entrepris de remplacer ses candidats recalés aux législatives. Cette session ordinaire, aux dires de M. Traoré, « va nous engager tous à poursuivre dans la voie d’une participation gagnante aux législatives ».

Il s’agit pour les militants du CDP de réaffirmer leur « représentativité sur la scène politique nationale » par leur « forte présence à l’Assemblée nationale ». « Pour ce faire, nous allons mettre en place un comité de réflexion sur les alliances que notre parti peut envisager », a dit le 3e Vice-président du CDP.

Plusieurs militants du CDP étaient présents lors de cette 56e session ordinaire du parti.
Plusieurs militants du CDP étaient présents lors de cette 56e session ordinaire du Bureau politique national.

Possible cohabitation politique…

Sans ajouter de précision, il a indiqué que ces alliances vont concerner la présidentielle et les législatives afin d’accroître leurs chances de remporter plus de sièges à la législature prochaine et « contribuer certainement à un partage de pouvoir par une cohabitation politique ».

A propos des démissions au sein du CDP comparativement aux militants présents lors de cette session ordinaire, il a tenu à préciser que c’est bien la preuve qu’ « il y a toujours des Hommes courageux, valeureux et fidèles à leur choix qui osent encore se réclamer du CDP ».

Avant le début effectif de cette séance, le président de la session a tenu à présenter ses condoléances aux familles endeuillées suite au putsch du 16 septembre. Une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes de cet « évènement malheureux » et des gendarmes tombés à Samorogouan.

Moïse Nignan-Traoré a par ailleurs saisi l’opportunité de réaffirmer au peuple burkinabè et à la communauté internationale que le CDP n’est ni de près, ni de loin mêlé au « putsch Diendéré ». Il a également exprimé une pensée positive envers certains responsables et alliés du parti qui sont momentanément indisponibles en l’occurrence Léonce Koné et Herman Yaméogo.

Notons également la présence du 2e vice-président du CDP, Achille Tapsoba, qui n’a pas voulu prendre la parole, lors cette session sous les ovations de certains militants ébahis.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 3 commentaires

  1. Toutes choses a son temps, 2015 n?est pas l?ann?e du CDP. Quant au pr?sidentiel je pense que le CDP n?aura pas ? soutenir un autre parti : a mon humble avis, ????la surprise sera,???? qu?il n?y aura pas d?un deuxi?me tour. Peut-?tre ?a aussi, ?a sera la surprise de 2015. D?ailleurs sous Blaise les deuxi?mes tours en ?lection pr?sidentiel ?taient bannis. A mon humble avis le CDP doit se tourner vers sa jeunesse pour reconqu?rir le peuple. Les noms des anciens du CDP sont du poison pour le nouveau parti. Comme mon neveu au fond de Banfora tr?s d?vou? au CDP me disait, je parts ? ce 56e, mais si un Achille Tapsoba prenne la parole je quitte la salle, et je ne militerai plus pour un parti. Erreur mon neveu, soutenir un parti politique n?est pas soutenir un seul individu, mais les actions concr?tes et les bonnes actions que ce m?me parti entreprend par l?interm?diaire de son repr?sentant. Si tous les grisonnant tiennent ?go?stement le volent du BPN du parti, les jeunes partiront tous de ce parti car ils sont assoiff? de l?alternance politique comme partout ailleurs. Un responsable du RHDP de Ouattara me disait que le vieux ADO est tr?s malin, tout le travail du parti est fait par les jeunes selon leur guise. Un conseil aux vieux responsables du CDP, laissez les vrais discours aux jeunes, car ils sont l?avenir du Burkina. Soyez des simples conseillers sans tabou, et laissez faire la jeunesse. Vous verrez qu?en 2020 votre r?ve se r?alisera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre