La garnison camp militaire de Pô a été baptisée Camp Thomas Sankara

1244 0

Le « devoir de mémoire » a été rendu. La garnison camp militaire de Pô, où était logé le Centre national d’entraînement commando (CNEC) dont il a été le premier commandant, porte désormais son nom. « Camp Thomas Sankara », c’est ainsi qu’a été dénommée cette caserne juxtaposée à l’académie militaire Georges Namoano de Pô. Le baptême du camp a été fait par le Premier ministre Isaac Zida, chef du gouvernement en présence des plus hautes autorités militaires et de représentants de la famille cet après-midi du 29 octobre 2015.

[Article mis à jour à 19h50]

Le 55ème anniversaire des Forces armées nationales (FAN) est marqué par le baptême des camps et casernes militaires à travers le pays. A la suite du Général Baba Sy ce matin, le « devoir de mémoire » a été rendu au Capitaine Thomas Sankara à Pô, la ville d’où est partie la révolution burkinabè.

Hommage à un « grand homme »

Pour Isaac Zida, c’est pour se souvenir de ce « grand homme », de ce qu’il a été non seulement pour l’armée, mais aussi et surtout pour la nation que la décision d’attribuer son nom a été prise par les autorités à cette date anniversaire des FAN.

« Un homme qui incarnait des valeurs d’intégrité, de dignité et de loyauté », c’est par ces mots qu’a décrit le Premier ministre, le Capitaine Thomas Sankara.

 

Le Premier ministre, la hiérarchie militaire et des membres du Conseil national de la transition lors du baptême © Burkina24
Le Premier ministre, la hiérarchie militaire et des membres du Conseil national de la transition lors du baptême © Burkina24

La caserne juxtaposée à l’académie militaire Georges Namoano de Pô porte désormais le nom « Camp Thomas Sankara ». « Nous avons choisi de baptiser cette caserne Camp Thomas Sankara en hommage à ce grand homme, je ne dis pas cet homme fort. Il a été le tout premier commandant de cette caserne », a justifié le Premier ministre

Un modèle. « C’est le modèle que nous voulons donner à notre armée, à nos militaires afin que tous les militaires sachent désormais qu’ils sont au service de la nation et que le devoir du militaire qui est le leur doit être entièrement au service de la nation et rien qu’au service de la nation », a déclaré Isaac Zida.

Le « devoir de mémoire » est rendu

C’est à partir de la caserne qui porte désormais son nom que sont nés les germes de la révolution burkinabè. « A partir d’ici, il a donné naissance à la Révolution d’août 83. C’est un devoir de mémoire. Nous l’avons rendu. C’est un repère que nous donnons aussi aux générations futures », a dit le Premier ministre Isaac Zida après le baptême de la caserne.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *