Elections couplées : Le pari de la CENI, publier les résultats à jour j+1

522 0

Mettre tous les acteurs du processus électoral au même niveau d’information était l’objectif de la rencontre organisée par la Commission électorale nationale indépendante ce mardi 3 novembre 2015. Des organisations de la société civile, des partis politiques et des partenaires de la CENI étaient à cette rencontre.

Dans son adresse, le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré a rassuré que dans la préparation, son organisation est prête pour relever le défi de l’organisation des élections couplées (présidentielle et législatives) du 29 novembre prochain.

Mais les difficultés auxquelles la CENI est confrontée actuellement se résument au remplacement des personnalités déclarées inéligibles pour les législatives. « Le Conseil constitutionnel a déclaré inéligibles 61 personnalités », a informé le président de la CENI qui continue : «  à la date d’aujourd’hui, j’ai reçu et publié 5 déclarations complémentaires ».

Barthélémy Kéré n’a pas manqué de lancer un appel aux partis politiques afin qu’ils procèdent, « au plus vite » au remplacement des candidats déclarés inéligibles. A ce propos, le président de la CENI concède qu’il faudrait revoir cet aspect du Code électoral qui veut que même à la veille des élections, qu’on puisse remplacer les candidats recalés.

La Commission électorale nationale indépendante a formulé, pour les prochaines élections, le pari de publier les résultats des scrutins du 29 novembre à jour j+1, c’est-à-dire le 30 novembre 2015. Pour ce faire, la commission a mis en place une plateforme électronique de transmission des résultats. Cette plateforme pourrait commencer à déverser les résultats de compilation communale au cours de la nuit électorale.

Lors de cette rencontre, des partis politiques ont également émis des inquiétudes sur la tenue des élections municipales le 31 janvier 2016 et la prise en charge des délégués de bureau de vote. Doutes partagés par le président de la CENI sur la date des municipales. Me Kéré estime qu’il « y a fort à parier que le gouvernement et les partis politiques se concertent pour une nouvelle date des municipales ».

En ce qui concerne la prise en charge des délégués de bureau de vote, Barthélémy Kéré a tranché : « un parti politique qui veut conquérir le pouvoir doit prendre en charge ses délégués dans les bureaux de vote ». Mais pour l’heure, il est prévu l’octroi d’une somme de 1 000 F CFA par jour à chaque délégué.

Yannick SAWADOGO

Burkina24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *