Développement durable au Burkina : L’« économie verte » montre patte blanche !

240 0

Une étude conduite par le Groupe de recherche et d’analyse appliquées pour le développement (GRAAD) avec l’appui technique de l’agence spécialisée des Nations Unies, ONUDI, a été présentée ce mercredi 4 novembre 2015 à Ouagadougou dans le cadre du Partenariat d’action pour l’économie verte (PAGE). Les résultats de cette étude, 1re du genre au Burkina, avant validation feront l’objet de discussions et constituent des stratégies concrètes d’aspiration au développement durable.

L’industrialisation, placée aujourd’hui au cœur des grandes rencontres internationales, occupe une bonne partie de la recherche scientifique.

Au Burkina et un peu partout dans le monde, la question de la recherche de grands équilibres macroéconomiques fait donc l’objet de plusieurs politiques d’industrialisation. Malgré les nombreux efforts, le secteur industriel burkinabè demeure « embryonnaire » selon des analystes.

Les principaux obstacles au développement de l’industrie, d’après les études, sont dus entre autres au coût élevé de production de l’énergie, l’inadéquation du système de financement, le manque de technologie adaptée et la faiblesse de la relation recherche-développement.

L'atelier a regroupé environ 35 cadres et responsables.
L’atelier a regroupé environ 35 cadres et responsables d’institutions.

D’où, en lieu et place de l’« économie traditionnelle », la nécessité de mettre en avant les approches « économie verte » pour aspirer à un développement durable au regard des changements climatiques, de la protection de l’environnement et de la raréfaction des ressources naturelles.

De nombreux travaux de recherches montrent qu’il y a un très grand potentiel inexploité à ce niveau. Cette problématique fait l’objet d’études approfondies au Burkina en vue de proposer des stratégies de développement industriel mieux articulées notamment avec l’économie verte et ses principes.

C’est dans cette vision qu’une étude, d’ailleurs première du genre au Burkina et même dans la Sous-région, a été présentée ce mercredi 4 novembre à Ouagadougou à travers un atelier national de validation placé sous le thème général « Evaluation de l’industrie verte au Burkina ».

Réduire la pauvreté, créer des emplois…

Il faut entendre par « économie verte », un ensemble d’activités classées tridimensionnelles : économique, sociale, environnementale.

La directrice générale de l’artisanat, Meda Sonthié H. Sylvie (en bleu).
La directrice générale de l’artisanat, Meda Sonthié H. Sylvie (en bleu).

L’étude est conduite par le GRAAD avec l’appui technique de l’organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et rentre dans le cadre du Partenariat d’action pour l’économie verte (PAGE).

L’atelier de validation de cette étude a regroupé environ 35 participants dont des organisations de la société civile, le secteur industriel, des représentants de ministères notamment en charge de l’économie et des finances, du développement durable et de politiques sectorielles ainsi que des partenaires techniques et financiers.

Pour la présidente de séance, la directrice générale de l’artisanat, Meda/Sonthié H. Sylvie, représentant le Secrétaire général du ministère du commerce, « le verdissement de l’économie permet de renforcer la création d’emplois et la sécurisation des ressources naturelles ».

Selon le Secrétaire exécutif du GRAAD qui est sur le terrain depuis 2010, Gountiéni Damien Lankoandé, les critiques et amendements des participants amélioreront les résultats et peuvent permettre d’éclairer les acteurs dans la prise de décisions pour un véritable progrès socioéconomique du Burkina.

« Le gouvernement travaillera sans relâche à lever les principales barrières à la transition vers l’industrie verte … », foi de Mme Meda/Sonthié H. Sylvie.

Il faut rappeler que le PAGE est un programme de 7 ans qui vise à déployer l’expertise conjointe de 5 agences des Nations Unies dont l’ONUDI pour aider progressivement un total de 30 pays dans leurs efforts à s’engager dans les voies de l’économie verte, donc du développement durable.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre