Elections couplées : La FEME prie pour des résultats acceptés de tous

568 0

Ce jeudi 05 novembre 2015 à Ouagadougou, la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques (FEME), a fait une déclaration à l’intention des acteurs du processus électoral. Cette déclaration a eu pour objectif d’interpeler ces derniers à se laisser guider par le Saint Esprit pour qu’une nouvelle page de l’histoire s’ouvre au Burkina Faso.

C’est à quelques jours du lancement officiel des campagnes présidentielles, que la FEME a trouvé opportun de tirer sur la sonnette d’alarme pour que le Burkina Faso puisse sortir de ces élections couplées du 29 novembre 2015 grandi. Pour cette fédération, les citoyens burkinabè ont fait monter de ferventes prières auprès du Père tout puissant pour que nous aboutissions à l’organisation de ces élections.

Après analyse des deux événements malheureux qui ont secoué le Burkina Faso, en l’occurrence l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 et le coup d’Etat manqué   du 17 septembre dernier, la FEME a compris l’enseignement du psaume 33 qui dit que : « heureuse la nation dont l’eternel est le Dieu ». Pour cette organisation, « si nous avons eu un dénouement heureux de ses deux crises, c’est par ce que les Burkinabè ont obéi au Seigneur, qui dans son amour insondable, a préservé l’unité de notre nation ».

Dans ce même élan, le FEME lance un appel aux leaders politiques pour qu’ils soient de bons serviteurs du Burkina Faso. Pour que les Burkinabè se réconcilient et travaillent en synergie pour relever le défi du développement, Pasteur Samuel Yaméogo, président du FEME, exhorte les candidats a faire preuve de tolérance. « Les discours haineux, le dénigrement de l’autre et des propos sectaires notamment à caractère ethnique, religieux et régionaliste sont à bannir absolument car ébranlant le socle de notre vivre-ensemble ».

Aussi, invite-t-il les citoyens à sortir massivement accomplir leur devoir citoyen à travers un vote consciencieux et utile. Car dit-il « si vous avez, au mépris de vos vies, su dire non à l’injustice, c’est que vous aspirez à être gouvernés dans la justice, l’équité et la transparence, ce vote viendra parachever votre action ».

Aux autorités de la transition, le pasteur Samuel Yameogo dit ceci : «Ayez la crainte de Dieu pour boussole, armez-vous de courage, agissez en toute impartialité et neutralité en ces moments historiques. Sachez que la seule et vraie récompense est celle qui sera faite par Dieu, le juste juge ».

Pour finir, la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques à ce tournant décisif de l’histoire de notre pays, marquée par des élections les plus ouvertes, voudrait appeler à la conscience des membres des partis politiques, de la société civile, des autorités coutumières et religieuses des hommes et des femmes à saisir l’opportunité pour poser les bases d’une société fondée sur des valeurs cardinales qui sont : le pardon, la paix, la solidarité, la justice, l’intégrité, le civisme et le vrai amour du prochain.

Saâhar-Iyaon SOME BEKUONE (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *