Elections couplées : Le logiciel de traitement des résultats expliqué aux candidats

366 0

A quelques heures de l’ouverture officielle de campagne électorale pour les élections couplées présidentielle et législatives du 29 novembre 2015, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a présenté ce samedi 7 novembre aux candidats en lice pour la présidentielle, le logiciel de traitement des résultats des élections.

Outre les candidats à la présidentielle, les partenaires de la CENI et des ministres de la Transition étaient présents pour constater l’effectivité du logiciel de traitement des résultats des élections qui doit permettre à la CENI de publier les résultats des scrutins à Jour J +1, soit le 30 novembre.

« A partir des résultats obtenus procès-verbal par procès-verbal dans chacun des bureaux de vote, sur la base des feuilles de résultats qui sont affichées dans les bureaux et qui sont entre les mains de chaque délégué des partis, il est procédé à une saisie par les services informatiques sous la direction d’un coordonnateur. Ce dernier récupère le document saisi, le compare à la feuille de résultats qui vient du bureau de vote et en discute avec les délégués.

Une fois que c’est validé, il y a une fiche de compilation communale qui en ressort. En cas de cohérence avec l’ensemble des documents, ce sont ces résultats qui vont directement par VSAT au siège de la CENI. Cela permet que la plénière de la CENI puisse faire un travail de comparaison et de validation de chacun des procès-verbaux pour permettre de donner les résultats en temps réel », c’est le résumé fait par Me Barthélémy Kéré, président de la CENI.

Dans la même veine, un accord a été signé avec la télévision nationale pour permettre la retransmission en direct des résultats des scrutins lors de la nuit électorale.

Après les explications, les différents candidats à la présidentielle ont déclaré à l’unanimité leur satisfaction. Me Bénéwendé Sankara estime que les efforts de la CENI attestent la fiabilité du processus. « Mais, relativise-t-il, il y a les machines et il y a les hommes. Nous ne cesserons d’insister sur la responsabilité des acteurs », précise le candidat de l’UNIR/PS.

Françoise Toé, candidate indépendante dit « admirer » le progrès technologique et concède que le logiciel de traitement des résultats des élections « est un outil qui va crédibiliser les résultats pour les rendre incontestables (…) Nous sommes rassurée, mais on ne peut pas balayer totalement les doutes », affirme-t-elle. Le souhait de Françoise Toé est qu’il n’y ait pas de bug avec le logiciel.

Quant à Tahirou Barry, candidat du PAREN, le doute s’est éteint : « pour l’heure, je n’ai aucun doute et j’ai confiance à l’équipe de la CENI », a-t-il avancé. A la fin de la cérémonie, le président de la CENI a remis à chaque candidat, un tableau grand format du bulletin de vote à la présidentielle et la cartographie électorale pour permettre, affirme Me Kéré, « aux candidats d’aller aisément en campagne ».

Yannick Sawadogo

 

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *