Restauration des sols : Les groupements villageois agricoles de la commune de Manga formés

162 0

A l’invitation de l’association Faso EnviProtek (AFEP) en partenariat avec le GLOBAL GREENGRANTS FUND –BURKINA (GGF-BURKINA), les groupements villageois agricoles se sont réunis dans la salle de conférence de la Mairie de Manga le jeudi 22 octobre 2015 pour une journée d’échange consacré exclusivement à la thématique écologique. L’atelier s’est déroulé en présence du Secrétaire général de la Mairie représentant le président de la Délégation Spéciale de la Commune et du représentant du Ministre de l’Environnement et des Ressources Halieutique/MERH. L’ordre du jour de ce Jeudi 22 octobre 2015 était : « Changement climatique et Protection des sols pour une meilleure adaptation ».

« L’Afrique est le continent le moins responsable du changement climatique mais paradoxalement, il en est le plus vulnérable » a fait remarquer M. Mathurin SANOU du SP/CONEDD dans un état des lieux introductif sur les effets des changements climatiques sur l’agriculture. L’expert du SP/Conedd a expliqué que si cette mutation globale n’est pas enrayée, il faut alors s’attendre à des conséquences directes sur le quotidien de nos populations.

Si la montée du niveau de la mer consécutive à la fonte des glaces peut sembler une menace lointaine pour un pays enclavé tel que le Burkina Faso, la baisse des productions vivrières est par contre un effet bien concret qui risque de se faire sentir partout dans le monde.

La diminution des quantités d’eau et la menace sur les espèces animales sont d’autres dangers qui guettent le continent si la terre se réchauffe de plus de 2° C. Solution proposée, revoir notre modèle énergétique afin de réduire les émissions en gaz à effet de serre en privilégiant l’énergie solaire par exemple.

Prenant le relais, Inoussa OUEDRAOGO, expert du Bureau National des sols (Bunasols) a instruit les auditeurs sur la protection des sols pour une meilleure adaptation aux changements climatiques.

Après avoir défini la notion qui consiste en une réduction significative des risques environnementaux et de la pénurie des ressources, il a évoqué les différentes techniques de restauration des sols. De bonnes pratiques agricoles en matière de protection des sols ont été également présentées

Le président de l’AFEP, M. Koudougou KIENTORE a effectué une présentation sur les enjeux de la COP 21 dans la lutte contre la désertification et la dégradation des terres. Il a expliqué que les attentes au niveau mondial à cette COP sont très élevées.

Car au cours de cette COP-21, on devrait aboutir à des accords juridiquement plus contraignants en faveur de l’environnement. Il a également plaidé pour l’introduction des énergies renouvelables dans les politiques de développement des pays en voie de développement.

C’est un auditoire très attentif qui a réagi positivement à chacune de ces communications, très désireux d’avoir des précisions et de bien saisir tous les enjeux de la lutte contre les changements climatiques et la protection des sols pour une meilleure amélioration agricole.

Une sortie de terrain dans quelques champs de la commune, a permis de constater la réalité sur le terrain et de voir les techniques de restaurations mise en place.

Chargé de Communication de l’AFEP

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre