Le « grenier du Burkina » doit sortir du désenclavement, selon Diabré

674 0

A la suite de Réo dans le Centre-Ouest, c’est à Toma, et à Tougan dans la Boucle du Mouhoun et « grenier » du Burkina que se sont rendus Zéphirin Diabré, le « roi du vrai changement » et sa délégation de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Il a par ailleurs constaté à quel point le « grenier » se trouvait coupé du reste du pays au regard de la dégradation des routes qui la relient au reste des populations qu’elles desservent en matières de première nécessité.

A Réo, Zéphirin Diabré a indiqué aux femmes combien elles sont importantes pour la lutte qu’il mène avec son parti pour apporter le changement dans leur vécu quotidien.

Il assure que le changement ne saurait être possible au Burkina que si la question de la femme, qui est « brimée, piétinée » et à qui on doit donner les droits et la possibilité de s’émanciper est résolue. Il compte pour cela apporter le maximum de ses forces « physiques, intellectuelles et relationnelles » pour sortir les femmes de la misère.

Injustice. Le manque criard d’infrastructures routières de qualité pour relier la Boucle du Mouhoun « grenier » au reste du pays a particulièrement été décrié par les populations du Sourou avec en tête, le secrétaire général de l’UPC, Adama Sosso. Il a décrié le délaissement de la région qui sert de réservoir de production pour alimenter le Burkina.

« C’est de l’injustice. On ne peut pas comprendre que dans tout le Burkina Faso, on nous appelle le grenier par notre grande plaine que tout le monde connait. C’est l’une des plus grandes plaines aussi bien en superficie irrigable qu’en zones déjà aménagées.

On ne peut pas comprendre que dans cette zone jusqu’à présent, il n’y a même pas la possibilité d’y arriver parce que nous n’avons pas de goudron, de comptoir d’achat. Je suis au regret de vous dire que les populations souffrent. Une fois que les récoltes sont arrivées, les tomates et l’oignon pourrissent ici », s’offusque Adama Sosso.

Rendre justice

Pour le secrétaire général de l’UPC, il est temps que cette injustice soit réparée. Il voit en Zéphirin Diabré, président de son parti, une lueur d’espoir pour sortir le Sourou et même la région du délaissement dont ils ont été victimes sous le règne de l’ancien président Baise Compaoré. « Nous pensons que ce n’est que justice que de vouloir désenclaver cette région », a déclaré Adama Sosso.

Et le président de l’UPC d’ajouter que cette zone jouera un rôle important pour la révolution agricole qu’il prévoit par un accroissement des surfaces à cultiver et des zones à irriguer à travers la mécanisation.

Oui KOETA

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *