Insécurité à Ouaga : Encore une victime d’agression et de vol à main armée

296 0

Deux présumés délinquants, arrivés sur des motos différentes, ont agressé une jeune dame, dans la soirée de ce 17 novembre 2015, aux alentours du marché communément appelé « 14 Yaar » situé dans le quartier Zone 1 de Ouagadougou.

Ce qui se passe au « Pays des Hommes intègres » ressemble plutôt aux scénarii hollywoodiens. Braquage et vol à main armée inquiètent sérieusement les populations. Et de surcroît, ces « voleurs » semblent intraitables.

A chaque opération, des billets de banque et des biens matériels sont emportés, accompagnés souvent de blessés.

L’opération de ce mardi 17 novembre dans laquelle l’on ne déplore aucun blessé vient confirmer en quelque sorte la « série noire ». Selon DS, la victime, deux présumés délinquants, arrivés sur des motos différentes, l’ont agressée vers 19 h aux alentours du marché « 14 Yaar » situé dans le quartier Zone 1 de Ouagadougou.

Les voleurs ont emporté son sac à main contenant un ordinateur potable, deux téléphones haut de gamme, une clé USB comportant tous des « données inestimables », des clés de connexion et des billets de banque.

Un mode opératoire véloce…

La jeune dame, après des courses à moto, rentrait « doucement et tranquillement » à la maison. « C’était juste au niveau du marché 14 Yaar que deux hommes à motos m’ont entourée. Et l’un a pointé une arme sur moi, m’obligeant à arrêter le moteur de ma moto et à jeter la clé très loin », relate-elle.

Selon ses explications, pendant que le premier (de la trentaine d’années) la menaçait de mort au cas où elle crierait, l’autre (ayant entre 40 et 50 ans) réclamait « uniquement » son sac à main.

Puisqu’il n’y avait personne aux alentours et en l’espace d’un clin d’œil, la demoiselle a été contrainte et forcée de laisser aux mains des voleurs, son accessoire portatif. L’opération malheureuse, selon la victime, n’a duré « que quelques secondes ». DS a été agressée entre 19h30 et 20h.

« Désespérée », elle dit laisser l’affaire aux mains des forces de sécurité qui se battent jour et nuit afin de contrecarrer ces bandits qui troublent la quiétude des honnêtes citoyens.

Néanmoins, il faut noter que les malfaiteurs, sûrs de leurs modes opératoires, semblent avoir la capacité de défier les efforts sécuritaires déployés dans le pays. Ils prennent en leur compte les principales voies, dictent souvent leur loi aux éléments de sécurité et font la pluie et le beau temps dans des recoins de la capitale burkinabè.

La lutte est commune et les politiques feront mieux de se pencher réellement sur cette situation de sécurité publique qui ne cesse de se dégrader progressivement et de façon linéaire au fil du temps. Car dit-on, la sécurité est l’affaire de tous.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre