Zéphirin Diabré : « Je vais terminer ce que Thomas Sankara a commencé »

206 8

Ce mercredi 25 novembre 2015 dans la province du Kadiogo, le stade municipal de Ouagadougou a servi de lieu de rencontre entre Zéphirin Diabré et les militants et sympathisants aussi bien de la Coalition Zeph 2015 que de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). « Somme des espoirs du peuple burkinabè », le président de l’UPC a indiqué aux militants que la décision se trouvait entre leurs mains et qu’ils n’ont qu’à voter pour lui le 29 novembre 2015.

C’est un Poe Naaba essoufflé (il a couru pour rejoindre le podium) qui a pris la parole pour s’adresser aux militants du Kadiogo. Et il pense avoir trouvé comment le président de l’UPC arrive à le faire lors de ses meetings. «  Ah monsieur le président, ce n’est pas facile de vous suivre», s’est-il exclamé avant d’ajouter que  « ce n’est qu’avec le peuple, par le peuple et pour le peuple» que Zéphirin Diabré  trouve l’énergie pour y arriver.

Le Poe Naaba trottinant après son adresse aux militants de l'UPC.
Le Poe Naaba  après son adresse aux militants de l’UPC.

S’adressant aux adversaires politiques, le Poe Naaba leur a signifié que « c’est peine perdue». Il a rassuré le président de l’UPC que lui sera légué un Burkina « unifié » pour que continue le “Burkind’lim” qui est en marche depuis 2009 « En matière de Burkind’lim, je vais terminer ce que Thomas Sankara a commencé », a répondu Zéphirin Diabré.

Ce que Diabré a dit

Burkina24

La coalition Zeph 2015, composée à ce jour d’une quinzaine de partis politiques, était aussi de la partie. Faisant un court rappel historique, Jean Hubert Bazié, son représentant, a signifié que le peuple burkinabè mérite un « grand » destin. Pour cela, estime-t-il, il faut un « grand » homme et pense en avoir trouvé un.

« Président Diabré, vous êtes la somme de nos espoirs. Notre foi en votre personne trouve son origine dans la communauté d’expérience que nous avons eue au sein de l’opposition. Elle a été confortée par votre choix de lutter pour l’alternance depuis 2009  à travers le forum des citoyens pour l’alternance. C’est donc un choix qui s’est inscrit dans la durée », a déclaré Jean Hubert Bazié.

Il a dit avoir un sentiment « profond » basé sur la conviction que le président de l’UPC n’est pas venu pour se servir, mais pour servir, qu’il n’est pas venu pour régner, mais pour diriger, qu’il n’est pas venu pour imposer, mais pour animer.

Tout ceci pour lui, fait de Zéphirin Diabré, « le nouveau paradigme du champ politique »,  l’homme de l’histoire pour rassembler, pour dynamiser, pour créer.

Se basant sur la somme des mobilisations depuis le début de la tournée, ajoutées à la mobilisation « magistrale » du Kadiogo, Zéphirin Diabré s’est dit confiant quant à l’obtention du « coup K.O. » le soir du 29 novembre.

Les militants et sympathisants, ceux sur qui le président de l'UPC comptent pour le "coup K.O." au soir des élections le 29 novembre 2015
Les militants et sympathisants, ceux sur qui le président de l’UPC comptent pour le “coup K.O.” au soir des élections le 29 novembre 2015

« La décision est dans vos mains », a dit Zéphirin Diabré aux militants. Il leur a indiqué qu’il ne pourra pas résoudre leurs problèmes ni le lendemain de l’élection, ni dans le mois, où même avant la fin de l’année d’après.

« Ce que je peux vous dire et l’assurance que je peux vous donner, c’est que dès l’instant où j’ai décidé d’être candidat, j’ai compris que ce n’est pas un naam (pouvoir NDLR) qu’on va bouffer, mais du travail qu’il va falloir faire », a déclaré Zéphirin Diabré. Pour cela, il est « prêt » à “être l’âne” pour tous les Burkinabè. « Notre pays vient de loin, mais notre pays doit aller loin parce que sa jeunesse engagée, dynamique,  vibrante, combattante et motivée veut un véritable changement au Burkina Faso », a dit Zéphirin Diabré.

A 4 jours de la fin de la campagne, le président de l’UPC a demandé aux militants et sympathisants de se mettre en garde contre les démons et de ne pas céder aux provocations. « Restez des hommes et des femmes dignes. Ayez le pardon dans vos cœurs. Je ne veux pas qu’il y ait des bagarres. Je veux qu’il y ait une campagne apaisée, une élection qui se passe dans l’ordre », a conclu Zéphirin Diabré.

Oui KOETA

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre