Elections 2015: Revivez la journée électorale du 29 novembre 2015

116 3

Un an après le départ du pouvoir de l’ancien président Blaise Compaoré, les Burkinabè sont allés aux urnes pour un nouveau Chef d’Etat et de nouveaux députés ce 29 novembre 2015. Plus de 5,5 millions d’électeurs répartis dans près de 18 000 bureaux de vote doivent départir 14 candidats à la présidentielle et plus de 3 000 candidats aux élections législatives. Les opérations de vote ont débuté ce dimanche matin sur l’ensemble du territoire national et à la clôture des bureaux de vote, la Commission électorale nationale indépendante dresse un bilan satisfaisant.

Suivez les résultats en direct

Sur carte interractive

En vidéo

Le Président de la CENI, Me Barthélémy Kéré a fait en début de soirée ce 29 novembre 2015, un bilan général “globalement satisfaisant”. Cette satisfaction concerne d’abord le climat apaisé dans lequel le scrutin couplé s’est déroulé. « Les Burkinabè viennent de témoigner l’amour pour leur patrie en la préservant de toute violence », a-t-il indiqué le président, qui salue “la maturité du peuple burkinabè”.

Le Président de la CENI a également noté une « affluence fort appréciable dans les bureaux de vote » et une présence “massive” des observateurs électoraux. Mais le taux de participation ne pourra pas être donné avant que quelques heures, a indiqué Barthélémy Kéré.

Concernant les difficultés logistiques notées au cours de la journée électorale, “elles ont été progressivement résolues”. Quant aux bureaux de vote ouverts en retard, Me Kéré indique que les électeurs pourront y voter jusqu’au dernier avant le début du  dépouillement des suffrages.

L’ensemble des observateurs s’accordent à indiquer que les élections ont eu lieu dans un climat apaisé. Les différents candidats ont affirmé être prêts à accepter les résultats issus des urnes. Ces résultats devraient être disponibles au cours de la journée du lundi 29 novembre 2015, a assuré Me Kéré.

Abdou ZOURE

Burkina24


Revivez cette journée électorale à Ouagadougou et dans quelques villes du Burkina Faso.

18h30

A 18h, la plupart des bureaux de vote ont fermé. Cependant, ceux ayant connu un retard dans leur ouverture, continuent les opérations de vote. Pour le reste, c’est le dépouillement. Dans certains bureaux de vote, des électeurs ont décidé de rester suivre les opérations jusqu’au bout.

Des électeurs suivant le dépouillement dans un bureau de vote
Des électeurs suivant le dépouillement dans un bureau de vote

17h50

Brèves de Tenkodogo

*Pamoussa IMA, premier électeur devant le bureau de vote n°3 des Ecoles Centre de Tenkodogo. Il constate que son nom ne se trouvait pas sur la liste des inscrits.

Ph1

Il a dû parcourir les différents bureaux de vote du centre pour retrouver son nom sur la liste du bureau n°6 où il a pu accomplir son devoir civique.

*A l’absence d’une école à Belcé, village situé au sud-Est à environ 5 km de Tenkodogo, le bureau de vote de est implanté sous ce néré. A notre passage vers 11 heures il y avait moins d’affluence.

nere

Sur 249 électeurs il n’y avait qu’environ 80 personnes qui avaient accompli leur droit de vote.

*Ici c’est le Centre de compilation des résultats de Tenkodogo, le coordonnateur Ibrahim Zio rassure que tout le matériel est fin prêt.

Ph5 tenko

Au cours de notre passage aux environs de 12 heures, il s’attelait donc aux tests quand un délestage est intervenu

*Soumaïla Segda, enseignant vacataire, il dit posséder sa carte d’électeur mais refuse d’aller voter. Il estime que c’est toujours le système néocolonial.


17h37

Dans le Kénédougou, les électeurs sont sortis dans les 316 bureaux de vote, ce dimanche 29 novembre 2015. Le Gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Alfred Gouba, a effectué une tournée dans la localité pour faire le constat.

Les personnes âgées ont tenu à accomplir leur devoir civique
Les personnes âgées ont tenu à accomplir leur devoir civique

Le gouverneur de la région des Hauts-bassins, Alfred Gouba, a sillonné la province du Kénédougou pour constater le bon déroulement du scrutin. « Dans le Kénédougou, là où nous sommes passés, nous avons constaté que la mobilisation est bonne, tout se déroule bien », a dit M. Gouba.

« Nous sommes allés à Koloko à la frontière pour voir comment ça se passait. Là-bas aussi tout va bien », ajoute-t-il. Pour lui, le vote reste un devoir à accomplir pour tout citoyen en âge de voter.

Pour le président de bureau de vote n°1 à Bandougou, localité située à 75 kilomètres de Bobo-Dioulasso, Drissa Sanou a affirmé qu’à leur niveau, il y a de l’engouement et aucune difficulté majeure n’a été signalée.

A sa suite, Mamadou Konaté, un électeur dit qu’il a quitté à 6 km pour venir voter dans la zone. « Je suis venu voter depuis 5h. J’ai quitté à 6 km d’ici », a-t-il dit.

A Orodora, selon madame Nana Diarassouba/Coulibaly, observatrice de la CEDEAO, tout se passe bien pour le moment. Elle dit être présente sur les lieux depuis l’ouverture des bureaux de vote. Et elle compte faire au minimum 10 bureaux de vote d’ici la fin de la journée.

Par ailleurs, le Haut-Commissaire de la province du Kénédougou, Sayouba Sawadogo dit avoir une bonne impression sur ce scrutin. « Nous arrivons à un moment où il faut en tout cas faire en sorte à sortir de la transition et asseoir un gouvernement démocratiquement élu ».

En rappel, la province compte 13 départements, 316 bureaux de vote et 995 555 inscrits.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso


13h15

La Convention des organisations de la société civile pour une observation domestique des élections (CODEL) a dressé ses premiers chiffres à la mi-journée de l’observation des élections. Les voici :

– 86% des bureaux de vote ont ouvert aux alentours de 06h15 ; près de 99% étaient ouverts à 7h00 (les bureaux de vote de la région du Sud-ouest ont ouvert avec un léger retard : 71% des bureaux y ont ouvert aux alentours de 6h15).

– 94% des bureaux de vote ont enregistré la présence des quatre membres de bureaux

– 93% des bureaux de vote sont sécurisés par les forces de l’ordre, cependant seulement 75% des bureaux dans la région du Plateau Central et 73% dans la région de l’Est enregistrent la présence effective de forces de l’ordre.

– Dans 91% des bureaux de vote, tout le matériel nécessaire est disponible (le matériel le plus communément manquant est la liste des électeurs pour 3% des bureaux de vote et les scellés pour 2% des bureaux de vote).

– Les procédures d’ouverture ont été respectées dans 97% des bureaux de vote, (l’urne a été montrée vide et scellée correctement, l’urne a été placée dans un emplacement visible dans le bureau de vote, et enfin la disposition de l’isoloir garantit le secret de vote).

-La liste des électeurs est affichée dans seulement 24% des bureaux de vote. Même si cela ne constitue pas en soi une infraction à la loi électorale, l’affichage des listes devant les bureaux de vote contribue à faciliter le vote des électeurs.

Source: Communiqué de presse de la CODEL

13h00

Le ministre délégué à la sécurité, Alain Jean-Claude Zagré, dans un communiqué, a informé que le couvre-feu  sera suspendu uniquement pour la nuit du 29 au 30 novembre 2015 pour “faciliter le travail des équipes de la CENI et des observateurs déployés sur le terrain”.

Le couvre-feu avait été édicté depuis septembre 2015 et s’étend depuis lors de 1h à 4h du matin.


12h52

Le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Barthélémy Kéré a fait le point de la situation à la mi-journée. Il note que les opérations de vote se déroulent globalement bien, malgré quelques difficultés.

Sur l’ensemble des 13 régions du Burkina, le président de la CENI estime à la mi-journée que les élections « se déroulent globalement bien dans l’ensemble et dans le calme », lors d’un point de presse. Il en est de même sur le plan sécuritaire. « Aucun souci sécuritaire particulier ne nous a été signalé », a affirmé Me Kéré.

Néanmoins, le président de la CENI note une « principale difficulté » : des bureaux de vote ont accusé un retard dans l’ouverture. Cela est dû, explique le coordonnateur de l’instance électorale, à l’arrivée tardive du matériel électoral ou du matériel incomplet et à l’indisponibilité des membres des bureaux de vote.

Me Kéré précise que ces difficultés sont expliquées par le fait de certains présidents de bureau de vote qui démissionnent le jour du vote ou le retard accusé par les moyens de transport du matériel électoral.

Mais le président de la CENI assure que tout est mis en œuvre pour remédier à ces différents problèmes. Des équipes mobiles sillonnent les bureaux de vote pour pallier au déficit de matériel. Il précise d’ailleurs que les bureaux de vote resteront ouverts jusqu’à ce que tous les électeurs présents dans les files d’attente aient voté.

« Tant qu’il y a des personnes alignées dans les files d’attente devant les bureaux de vote, tout le monde va voter quelle que soit l’heure », a affirmé Me Kéré. Il a également noté dans le bureau de vote numéro 1 de Kompienga où les membres du bureau ont remis par mégarde une liste d’émargement à un électeur à la page du bulletin de vote. L’opération de vote continue et la question sera réglée au dépouillement, ajoute Me Barthélémy Kéré.

Pour le reste, le président de la CENI en a appelé à l’indulgence et à la patience des électeurs. « Tout début est difficile (…). J’ai bon espoir que tout rentrera dans l’ordre », a-t-il terminé.

Abdou ZOURE

Burkina24


12h15

Zéphirin Diabré, le président de l’Union pour le progrès et le changement ( UPC ), candidat à l’élection présidentielle, s’est lui aussi rendu dans son bureau de vote pour accomplir son devoir civique ce 29 novembre 2015, aux environs de 10h. Voici ce qu’il a confié à la presse après son vote :

« C’est un jour historique à plusieurs titres. C’est la première que nous avons des élections aussi ouvertes pour l’encrage de la démocratie au Burkina Faso.

En ce qui me concerne personnellement, c’est la première que je suis candidat à l’élection présidentielle.

Zéphirin Diabré accomplissant son devoir civique
Zéphirin Diabré accomplissant son devoir civique

Les conditions ne sont pas toujours faciles pour bien pour organiser ces élections. Il y a une certaine expérience acquise maintenant en la matière, même si cela n’empêche pas parfois qu’il y ait des ratés.

Il y a dans quelques bureaux de vote des problèmes que l’on signale depuis ce matin, mais je pense que la CENI mettra tout en œuvre pour pouvoir les résoudre et nous garantir un scrutin à la fois libre et transparent avec des résultats qui refléteront la volonté populaire ».

Propos recueillis par Oui KOETA

Burkina24


11h38

Le Président du Faso Michel Kafando, a voté ce 29 novembre 2015 au Lycée Bambata aux environs de 9h à Ouagadougou. Voici l’intégralité de ce qu’il a ensuite confié aux journalistes.

« Je dois d’abord vous dire que c’est un grand jour pour le Burkina Faso, comme vous le savez. Je viens d’accomplir mon devoir civique en exprimant mon vote aussi bien pour la présidentielle que pour les législatives.

Le président de la transition Michel Kafando votant pour les législatives
Le président de la transition Michel Kafando votant pour les législatives

Je crois qu’il faut le dire franchement. C’est une victoire d’abord pour la transition qui avait mis son point d’honneur à organiser ces élections dans le cadre d’une année. Nous avons eu ce que vous savez, au cours de ces évènements. Malgré tout, nous restons dans le cadre de l’année 2015 et nous pensons que le processus ira à son terme.

C’est une victoire aussi pour le peuple burkinabè, qui depuis 1978, où nous avons vraiment eu des élections vraiment démocratiques avec ballotage du chef de l’Etat de l’époque, le Président Sangoulé Lamizana.

C’est une victoire parce qu’après une éclipse de 27 ans, nous en revenons au système d’un vote pleinement démocratique, transparent, clair. Nous l’avons voulu ainsi, parce que pour aller à l’étape suivante, à savoir mettre en place les autorités que vous allez élire et promouvoir une véritable société de changement, il fallait véritablement que ce scrutin soit crédibilisé.

Le président de la CENI à côté de moi, ces collaborateurs ont mis tout, je dis bien tout pour que nous relevons le défi. Je dois vous dire que c’est un jour capital. C’est aussi une victoire pour la jeunesse du Burkina, parce que si nous sommes à cette étape-là, c’est parce que cette jeunesse en 2014 s’est exprimée, a exprimé sa volonté d’un changement net, a exprimé sa volonté d’une application de la liberté, de la démocratie au Burkina moyennant quoi, la transition que nous conduisons n’a fait qu’appliquer ce programme et mettre en œuvre cette volonté.

Je dirais aussi que c’est une volonté du monde entier parce que je vous l’ai dit souvent, le monde entier attendait de voir de ces élections-là, quel résultat en sortirait pour être un exemple non seulement un pour l’Afrique mais pour l’extérieur.

Je pense que c’est un jour vraiment important pour le Burkina. Nous prions Dieu pour que les choses aillent jusqu’à terme. Je suis optimiste parce que du côté sécuritaire, toutes les dispositions ont été prises tant à l’intérieur ici qu’à nos frontières pour que véritablement ces élections se passent dans la sécurité, dans la paix et la sérénité.

Je voulais profiter de vos micros pour féliciter le président de la CENI et ses collaborateurs parce que de loin on pense qu’organiser des élections comme cela, c’est facile. Non, quand vous entrez dans les détails, vous voyez que ce n’est pas facile, parce que vous êtes confrontés à beaucoup de problèmes, à des incompréhensions, à des problèmes d’argent, à des problèmes organisationnels.

Ils ont réussi à braver tous ces défis. Nous sommes là au jour J. Je pense vraiment que le peuple burkinabè s’exprime. Je l’ai dit. Les jeunes doivent sortir pour voter, parce qu’ils doivent choisir leur véritable leader. Il ne faut plus qu’on se plaigne après parce que tel ou tel homme politique n’est pas parfait.

Non choisissez maintenant, déterminez-vous maintenant. Et si vous le faites, vous verrez que vos voix porteront et que véritablement le Burkina Faso à l’issue de ces élections amorcera une heure de démocratie, de liberté, de compréhension.

Alors, je souhaite bonne élection à tout le monde. Je souhaite surtout que nous puissions en sortir sans violence, qu’il y’ait un fair-play. Je l’ai dit. Je le répète. Le fair-play, nous acceptons les résultats. Nous avons un organe légal, le Conseil Constitutionnel. Si nous avons des problèmes, allons vers le Conseil Constitutionnel, mais ne portons pas les divergences sur la place publique.

Bonne journée à tous et que Dieu nous aide à véritablement réussir ces élections.”

Propos recueillis par Oui KOETA

Burkina24


10h58

Bon à savoir

Ceci est un communiqué du Conseil constitutionnel sur les délais de recours devant lui.

Les recours devant le Conseil constitutionnel après la clôture du scrutin

Kassoum Kambou, le président du Conseil constitutionnel, accomplissant son devoir civique dans un bureau de vote à Ouagadougou
Kassoum Kambou, le président du Conseil constitutionnel, accomplissant son devoir civique dans un bureau de vote à Ouagadougou

Le Conseil constitutionnel aux termes des dispositions constitutionnelles et du code électoral est juge du contentieux des consultations nationales (élections présidentielle et législatives). Il proclame en outre les résultats définitifs de ces élections. Les délais de recours contentieux sont réduits et de même que les délais impartis au Conseil constitutionnel pour statuer après les scrutins. Ainsi :

Élection du Président du Faso

Avant la proclamation des résultats provisoires par la CENI

Tout candidat au scrutin peut contester la régularité des opérations sous la forme d’une requête adressée au Président du Conseil constitutionnel dans les quarante huit heures suivant la publication provisoire des résultats du scrutin (art 149 du code électoral). Le Conseil constitutionnel dispose d’un délai de huit (08) jours pour statuer (art. 152).

Après la proclamation des résultats provisoires par la CENI

Les recours sont reçus au Conseil constitutionnel dans les sept jours qui suivent la publication des résultats provisoires (art 98 alinéa 2 du code électoral). Le Conseil constitutionnel statue et proclame les résultats définitifs dans les quinze jours qui suivent l’expiration du délai imparti pour les recours (ce délai est de sept (07) jours).

Élections législatives

Avant la proclamation des résultats provisoires par la CENI

Le recours contre la régularité du scrutin peut être formé devant le Conseil constitutionnel par tout citoyen dans les soixante-douze (72) heures suivant la clôture du scrutin (article 194 du code électoral).

Le recours contre la régularité du dépouillement peut être formé devant le Conseil constitutionnel par tout citoyen dans les soixante-douze (72) heures à compter du lendemain du scrutin à sept (07) heures (art. 195 du code électoral)

Le Conseil constitutionnel statue dans les huit (08) jours de sa saisine (dans tous les deux (02) cas de sa saisine art. 196 du code électoral).

Après la proclamation des résultats provisoires par la CENI

Le recours contre les résultats provisoires proclamés par la CENI peut être formé par tout candidat au scrutin dans les sept (07) jours à compter de la proclamation des résultats (art. 199 du code électoral).Le Conseil constitutionnel statue dans les huit (08) jours qui suivent le dépôt de la requête. Son arrêt emporte proclamation définitive des résultats (art 201 alinéa 1 du code électoral).

Les résultats définitifs aux élections législatives sont proclamés par le Conseil constitutionnel dans les quinze (15) jours qui suivent l’expiration du délai imparti pour les recours relatifs aux résultats provisoires (article 98 du code électoral).

La Direction de la Communication et de la Presse

10h45

Le Premier ministre burkinabè Isaac Zida a accompli son devoir citoyen au Creusets, aux environs de 8h, ce 29 novembre 2015.

Isaac Zida s'acquittant de son devoir
Isaac Zida s’acquittant de son devoir

10h42

A Ouagadougou, partant du quartier Kilwin (situé juste devant Tampouy) en passant par la maison des jeunes de Larlé jusqu’à l’école B de la Patte d’Oie, l’on constate un certain engouement dans les rues et peut lire également une “fierté” sur le visage des Burkinabè.

Des Ouagalais ce 29 novembre 2015
Des Ouagalais ce 29 novembre 2015

Même si quelques échoppes sont naturellement restées fermées (dimanche : jour de repos), “aujourd’hui, la ville de Ouagadougou n’est pas morte” comme l’atteste M. Sawadogo Issiaka, un citoyen, se disant fier d’avoir voté.

“Les populations sont en tout cas sorties massivement pour choisir leurs président et députés… Ce n’est pas une question de chance, mais plutôt une question de mérite“, affirme Koné Fabrice, un étudiant “impatient”  devant un bureau de vote à la maison des jeunes de Larlé.

Dans l’ensemble, l’on observe du calme et une discipline dans plusieurs bureaux de vote.

Noufou KINDO

Burkina24


10h40

Tahirou Barry, président du PAREN a voté ce 29 novembre à l’école de formation “Nonglom” dans l’arrondissement 9 de Ouagadougou.

Tahirou Barry accomplissant son devoir civique
Tahirou Barry accomplissant son devoir civique

C’est un sentiment de fierté qui m’anime aujourd’hui. Que ce jour soit un jour de consolidation de notre démocratie. Je suis confiant pour la suite et j’appelle mes militants à se conformer aux verdicts des urnes“,  a-t-il déclaré.


10h30

Les électeurs de la région du Plateau Central, à l’instar des autres régions du Burkina, sont allés aux urnes ce matin du 29 Nov.2015 pour élire leur président et leurs représentants pour la prochaine Assemblée Nationale. Dès 6h du matin, les bureaux de vote accueillent déjà les premiers votants, venus accomplir leur devoir civique. Tout se déroule bien dans l’ensemble, aucun incident quelconque n’a été signalé. Dans la commune de Ziniaré, ils sont 26 943 inscrits dans 83 bureaux de vote.

Un bureau de vote à Ziniaré
Un bureau de vote à Ziniaré

Ils sont là (les électeurs) depuis 5h du matin à attendre l’ouverture des bureaux de vote. Et c’est dès 6h du matin, les bureaux de vote ont commencé à recevoir les premiers votants, venus accomplir leur devoir civique pour le double scrutin présidentiel et législatif de ce 29 novembre 2015 au Burkina Faso.

Ils sont 26 943 inscrits sur les listes électorales répartis dans 83 bureaux de vote à travers la commune de Ziniaré. Le gouverneur de la région Abdoulaye Ouédraogo, lui, a accompli son devoir au bureau de vote n°1 de l’école B de Ziniaré à 9h10mn précises.

Pour Kafando Oumarou, qui a voté en premier au bureau de vote n° 1 de l’école Ziniaré A, il dit être fier de voter pour un changement au Burkina Faso. Nous avons pu sillonner les bureaux de votes de Guiloungou, secteur 5 de Zniaré, Nakamtenga sect : 8, l’école Ziniaré A, Ziniaré B, Ziniaré C, dans la commune de Zitenga au CEG, dans la commune de Loumbila au CEG.

Des électeurs à Ziniaré
Des électeurs à Ziniaré

Dans l’ensemble, tout se passe bien. L’affluence est au rendez-vous, et aucun incident n’a été signalé. Selon Den Gosso, président du bureau de vote n°1 de l’école A, les électeurs maitrisent bien le système de vote par rapport aux élections couplées de 2012. Nous constatons également que dans tous les bureaux de vote visités, la constitution n’y est pas, par contre le code électoral et le guide pratique du vote sont bien là.

Aussi tous les partis politiques n’ont pas leurs représentants. Seuls quelques uns ont des représentants notamment, le CDP, l’UPC, le Faso Autrement, le Collectif Natama, l’ADF/RDA, l’AJIR et la NAFA. Des observateurs sillonnent également les bureaux de vote à travers la province.

Parmi eux, la CODEL, l’Union Européenne, le PNUD… De l’avis de beaucoup d’électeurs, ils sont contents du déroulement du scrutin. Lequel scrutin doit mettre fin à la transition entamée depuis 13 mois.

Séverin Hamza Kaboré

Correspondant Radio B24 à Ziniaré


10h20

Le point à Nouna

Des électeurs à Nouna
Des électeurs à Nouna

Sarata Sanou, 18 ans, élève en classe de terminale, accompagnée de son père est arrivé à 5h30 à l’école centre B de Nouna. Après 45 minutes d’attente, c’est un sentiment de joie qui se dégage en elle. La joie de voter pour la première fois, la joie également de pouvoir participer au choix du président et des députés du Burkina.

Dans la province de la Kossi, 99 099 électeurs votent pour ce double scrutin dans 357 bureaux de votes.

L’école centre B de Nouna abrite 4 bureaux dont le plus grand de la province de la Kossi avec 590 électeurs inscrits. Ils ont effectivement ouvert à 6h en présence des observateurs de la CEDEAO et de la CODEL ainsi que quelques représentants de parti.

Ce matin, les rangs étaient déjà longs. Il faut noter la présence remarquable des femmes et des personnes âgées qui ont bravé le froid pour accomplir leur devoir citoyen.

En ce qui concerne les législatives, 17 partis sont en compétition dans la province de la Kossi pour deux postes de députés à pourvoir.

Boureima BADINI

Correspondant Radio B24 à Nouna


8h20

Roch Marc Christian Kaboré accomplissant son devoir citoyen
Roch Marc Christian Kaboré accomplissant son devoir citoyen

Roch Marc Christian Kaboré, candidat du MPP à la présidentielle vient d’accomplir son devoir civique au bureau de vote “Patte d’Oie B.N” de Ouagadougou aux environs de 8h20.

« Je suis venu accomplir un acte citoyen en ce jour historique pour le Burkina Faso. C’est un sentiment de sérénité, d’espoir et de fierté qui m’anime… Chaque candidat a présenté son programme de société, il revient au peuple maintenant de choisir son président », a-t-il dit.

Noufou KINDO

Burkina24

8h07

Le président du Conseil constitutionnel Kassoum Kambou procède à la supervision des 8 bureaux de vote du Saint Viateur.

Le Président du Conseil constitutionnel Kassoum Kambou prenant des notes
Le Président du Conseil constitutionnel Kassoum Kambou prenant des notes

Il assure que tout se passe bien dans les bureaux de vote qu’il a déjà sillonnés dans la matinée.

8h04

Le ministre en charge de l’administration territoriale, Youssouf Ouattara, après avoir voté au bureau de vote 4 au Saint Viateur, assure que tout se passe jusqu’à présent bien.

Le ministre Ouattara après avoir voté
Le ministre Ouattara après avoir voté

Il dit souhaiter que les Burkinabè continuent de voter dans la discipline.

7h43

A Tanghin, au bureau de vote N°3 / Marché de bétail, les pensionnaires du Centre Delwendé accomplissent leur devoir.

A Tanghin, à Ouagadougou
A Tanghin, à Ouagadougou

6h30

A Koudougou,  les bureaux de vote ont ouvert à 6h et tout se déroule bien dans l’ensemble, selon le correspondant de Radio B24 sur place.

A Koudougou
A Koudougou

6h21

A Tenkodogo, Centre-Est Le gouverneur de la région, le colonel Ousmane Traoré, a voté aux environs de 6h20. Il a appelé les citoyens à sortir massivement aux urnes.

Le gouverneur du Centre est
Le gouverneur du Centre est

Selon le Correspondant de Radio B24 sur place, l’affluence dans les bureaux de vote est notable. Quant aux difficultés, il s’agit principalement d’électeurs qui ne retrouvent pas leur bureau de vote.


6h20

Message d’un électeur après son vote

Burkina24


6h20

L’une des principales difficultés notées au Lycée Saint Viateur est que des électeurs n’arrivent pas à trouver leur bureau de vote. Les numéros inscrits sur les cartes d’électeur ne correspondent pas aux bureaux de vote indiqués. Ce qui oblige les électeurs à s’aligner à plusieurs bureaux de vote avant de trouver le bon. Certains s’énervent et rebroussent chemin.

L'astuce
L’astuce

Un agent de la sécurité a montré l’astuce. Il s’agit d’envoyer par SMS “BV”, suivi du numéro de la carte d’électeur au 33 33 pour trouver le bureau de vote correspondant.


6h10

Le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Barthélémy Kéré, a introduit ses deux bulletins dans les deux urnes, l’une réservée à la présidentielle et l’autre aux législatives. Le bureau de vote 4 où il a accompli son devoir a ouvert avec une dizaine de minutes de retard. Ce sont des difficultés de démarrage qui seront réajustées au fil de la journée, a confié le président de la CENI quelques instants après aux journalistes.

Me Barthélémy Kéré se livrant à l'examen des membres du bureau de vote
Me Barthélémy Kéré se livrant à l’examen des membres du bureau de vote

Il note également d’autres difficultés, notamment des bureaux de vote qui n’ont pas encore reçu de matériel, mais il assure que ces problèmes seront corrigés. Il note qu’un véhicule convoyant du matériel de la CENI dans le Lorum a fait un accident, mais que la vie du conducteur, blessé, n’est plus en danger.

En effet, selon l’agence d’information du Burkina, n véhicule de la CENI s’est renversé, le samedi 28 novembre dernier, à la veille des élections présidentielles et législatives, sur l’axe Ouahigouya-Titao.

Le matériel électoral qu’il transportait a été finalement conduit à bon port. Le véhicule qui devait livrer du matériel électoral à Ouindigui (Loroum), s’est renversé au niveau de la localité de Tougou, après avoir mal négocié un virage très dangereux.

Tougou est situé à une vingtaine de km entre Ouahigouya et Titao. Selon plusieurs sources, le conducteur a été évacué au CHR de Ouahigouya et sa vie serait hors de danger. Le matériel électoral que transportait le véhicule accidenté, a été récupéré par une équipe de CEPI Titao, appuyée des services de sécurité. Ce dimanche, les Burkinabè sont appelés aux urnes pour élire leur président et leurs députés.

Rédaction Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *