Salif Diallo : « Nous souhaitons que le président Ouattara soit présent à l’investiture » de Roch Kaboré

628 15

Comme il fallait s’y attendre, d’autres préoccupations se sont greffées à l’objectif principal de la conférence de presse (remercier les électeurs et les partis politiques qui ont contribué à la victoire de Roch Marc Christian Kaboré) organisée par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ce samedi 5 décembre 2015 à Ouagadougou.

Le « touk guili » ou la majorité absolue. Aux législatives, le MPP a obtenu 55 députés, ce qui ne lui offre pas la majorité absolue. Sur cela, Salif Diallo explique que « le mode de scrutin, la proportionnelle au plus fort reste, favorise comme on le sait, les formations moyennes. On aurait appliqué un scrutin à la majorité, le MPP aurait fait le ‘’touk guili’’ ». L’Assemblée est multicolore et cela et bien pour la démocratie. Cela permet aussi d’avoir une opposition crédible, a-t-il poursuivi.

OSC et MPP. De la cohabitation du parti au pouvoir avec les organisations de la société civile, le premier vice-président du MPP affirme que son parti est très au sérieux avec celles-ci. « Notre perspective n’est pas de créer un exécutif uniquement avec les partis politiques », a soutenu Salif Diallo. Ainsi, dit-il, « notre amitié doit continuer par le dialogue pour permettre à notre pays de sortir des sentiers battus ».

UNIR/PS, ADF/RDA et CDP. Des fortunes diverses sont associées aux relations avec ces différents partis politiques qui siègent à l’Assemblée nationale. Pour Simon Compaoré, les Sankaristes font partie du grand courant progressiste et « nous nous sentons bien à l’aise » avec eux. Mais au-delà des Sankaristes, poursuit-il, « nos portes sont ouvertes pour tous ceux qui pensent qu’ils ont la compétence pour nous accompagner dans la mise en œuvre du programme » de société du président Roch Marc Christian Kaboré.

Et à Salif Diallo d’ajouter que l’UNIR/PS et le MPP sont de la « même famille idéologique, avec des variantes, mais le tronc est commun ». Pour le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti de Blaise Compaoré, le MPP reste toujours dans sa fermeté. « Tant que le CDP va rester sur cette ligne de défendre Blaise Compaoré et sa vision politique, défendre la monarchisation d’un pays et transformer la république en un royaume, il va être difficile pour nous de faire un rapprochement avec eux », a insisté Salif Diallo avant d’appeler l’ex parti au pouvoir à se rapprocher du peuple.

Quant à l’ADF/RDA qui suit la ligne libérale, Salif Diallo et le MPP sont plus conciliants. « Si dans le futur, déclare-t-il, l’ADF/RDA se montre disponible à suivre dans l’exécution du programme pour lequel le président a été élu, nous n’allons pas les écarter. Mais pour le moment, nous n’avons pas de contact avec eux».

Investiture. Pour l’investiture du Prédisent du Faso, le premier vice-président du MPP a souhaité la présence du président ivoirien, Alassane Ouattara. « Nous souhaitons que le président Ouattara soit présent à l’investiture », a-t-il affirmé avant de s’expliquer : « le président Alassane Ouattara est un ainé, c’est un grand frère à nous et nous n’avons aucun problème avec la Côte d’ivoire ».

Yannick Sawadogo

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *