Amidou Derra, un “fou” de la forêt

180 0

C’est en 1974 à Soubakagnadougou qu’Amidou Derra a débuté sa fonction de contrôleur des eaux et forêts. Après une brillante carrière qui l’a conduit principalement dans l’Ouest du Burkina, il est admis à la retraite en 2010 à Dédougou, avec en prime, deux distinctions honorifiques. Une retraite qui n’a enlevé en rien sa passion pour la nature et c’est à croire qu’entre M. Derra et la forêt, c’est une question d’amour qui ne fait que s’amplifier chaque jour. Au moment où la conférence sur le climat se tient à Paris, Burkina24 se déporte au cœur du combat de cet homme en faveur de la protection de la biodiversité.

A un kilomètre au Nord- Ouest de Dedougou s’étale à perte de vue une formation forestière. On se croirait dans une foret classée. Des arbres d’espèces sauvages qu’on trouve rarement à proximité d’une ville sont conservés jalousement par Amidou Derra. Pour cet ancien contrôleur des eaux et foret, retraite ne rime pas avec repos.

Et lorsque vous faites un tour à son « passe temps », comme il l’appelle, c’est avec enthousiasme et fierté que le sexagénaire vous présente ce qu’il sait faire le mieux au monde : la préservation de la végétation.

« J’ai estimé qu’à la retraite j’ai plus de temps. Dans ce domaine que j’ai acquis, je fais de l’agriculture et de l’élevage. Mais à côté de ça je m’investis dans la protection des espèces végétales. Une grande partie de mon terrain y est consacré. Ici vous avez des plantes que vous n’aurez peut être pas la chance de voir ailleurs », explique le vieux Derra.

Le raisinier qui produit du Zaba

« Tout ce que j’ai trouvé sur le terrain ici, continue-t-il, je l’ai protégé. Ceux qui ne comprennent pas croient que c’est de la brousse naturelle et ils viennent souvent couper pour du bois de chauffe. J’avais même quelques lièvres et des perdrix ici qui ont malheureusement été abattus.

On a beaucoup de plantes médicinales ici et lorsque des patients qui n’ont pas les capacités d’aller vers les pharmacies viennent chercher ces plantes,  je leur montre les techniques de prélèvement pour éviter de détruire l’arbre », a poursuivit le « fou » de la forêt. Dans son contact avec les arbres, Amidou Derra ne manque pas de créativités.

Il a réussi par exemple à créer un support pour le zaba senegalesis qui utilise un raisinier pour produire. « Alors sur le même arbre vous pouvez cueillir du raisin et du zaba », s’est-il réjoui.

Convertir le maximum de personnes à la protection de l’environnement

L’ambition d’Amidou Derra est de faire de son exploitation une formation forestière digne de ce nom qui pourra attirer des visiteurs. L’objectif étant de cultiver chez tous l’esprit de la préservation de la nature.

Le forestier à la retraite regrette la dégradation du climat due à l’action de l’homme et invite chacun à jouer sa partition. « Ça ne demande rien d’autre que du courage et de l’abnégation. C’est aussi une question de choix. Si j’avais choisi le bois de feu, j’aurais coupé tous les arbustes pour envoyer dans ma famille. Mais je les protège et ça a se développe », a-t-il indiqué.

Boureima BADINI

Correspondant de Burkina24 à Dédougou

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre