“Ibrahim Keita et Nankama” revient avec “Wassa”

537 0

« Wassa », fierté en dioula,  est le titre du 3e album du groupe Ibrahim Kéita et Nankama. Cet album de 14 titres, un mélange de rythmes du balar du Sénégal, du warba des mossis du Burkina et de sonorités mandingues, a été dédicacé, le jeudi 10 décembre 2015 à Ouagadougou.

“Wassa” conte la fierté d’être burkinabè, de former, malgré toutes les difficultés, une grande et même famille, dira Ibrahim Kéita, le leader du groupe.

Fruit d’une longue recherche musicale et inspiré des sonorités africaines,  aux dires de l’artiste,  la “trouvaille” se fait remarquer dès l’entame de l’album avec le premier titre « Réveil ». Exclusivement instrumental, ce titre est dédié à la jeunesse burkinabè pour son combat ces dernières années.

 «La musique en elle seule parle. On n’a pas forcement besoin d’une voix qui chante pour exprimer quelque chose. Il suffit d’écouter et d’avoir la bonne oreille pour comprendre ce qu’elle veut dire. J’aime bien faire des choses inédites. J’ai voulu apporter autre chose à la musique. Je suis allé chercher dans nos traditions», explique toujours Ibrahim Keita.

Les 14 titres qui composent l’album abordent des thématiques variées. Le titre éponyme du précédent album, « Yankadi », revient et réinvite à découvrir le peuple burkinabè et “le pays où il fait bon vivre“.

La protection de l’environnement, des conditions des enfants, l’avenir, les valeurs africaines, les calomnies, le mariage, sont entre autres thèmes abordés à travers les titres « Yiri », « Sinia Sigui », « Yaamou », « Nafiguiy ».

Le titre  « Burkindi »  rend hommage à Thomas Sankara.  “Nabouwou” adresse une pensée aux artistes qui ne sont plus de ce monde, notamment Sotigui Kouyaté, Victor Demé, Georges Ouédraogo et bien d’autres.

La soirée dédicace marque le début de la promotion de l’album.  « Ça commence à Ouagadougou mais avec l’intention d’aller le plus loin possible », selon Ibrahim Keita.

Pour commencer, un spectacle est prévu à l’institut français le samedi 12 décembre 2015. Une trentaine de dates sont déjà fixées pour des concerts dans le mois de mars et juin dans d’autres pays et une tournée est prévue en juillet-septembre 2016.

La production de cet album a été rendue possible grâce à la plateforme Kisskissbankbank.  Plus de 1082 personnes ont souscrit, soit en tant que producteur,  soit pour soutenir le groupe et où 1300 CD y ont été déjà vendus avant même la sortie de l’album.

Avant de se constituer en un groupe, Ibrahim Keita, issu d’une famille de griots, évoluait seul en musique. En 2005, il conçoit son studio de musique, Faso Jam record à Ouagadougou, et sort son premier opus en 2006. C’est en 2010, après une tournée en Afrique et en Europe, qu’il crée avec cinq autres musiciens, le groupe Ibrahim Kéita et Nankama. Leur premier album voit le jour en 2012.

Revelyn Some

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre