Lutte contre la traite des enfants : Le geste d’encouragement de Fonds enfants

444 0

Le projet Fonds de lutte contre la traite et les autres pires formes de travail des Enfants, connu sous le nom de « Fonds Enfants » créé en 2005,  est à sa 4e phase pour trois ans, 2014-2017.  Pour encourager et motiver davantage les acteurs de la lutte contre la traite des enfants, le fonds a institué pour la première fois un prix pour récompenser les plus méritants. Six communes et trois organisations de la société civile (OSC) de trois régions ont été distinguées le mercredi 9 décembre 2015 à Ouagadougou au cours d’une soirée organisée pour l’occasion.

Bakary Traoré, chargé de communication à Fonds enfants
Bakary Traoré, chargé de communication à Fonds enfants

Les communes et organisations de la société civile des régions de l’Est, du Sud-ouest et du Centre-est, principales bénéficiaires du Fonds enfants pour la mise en œuvre  de leurs projets de lutte contre le phénomène de la traite et des autres formes de travail des enfants, ont pris part au concours des meilleurs projets.

Les communes et OSC lauréates

-Région du Sud-ouest :

–  Commune de Diébougou : projet d’appui à la formation professionnelle de 20 enfants

– Commune de Gaoua : Projet d’appui à la formation dans divers métiers de 30 enfants

– Association pour le développement social et économique de DOLO (ADESED) : Projet d’appui à la réinsertion socioéconomique de 30 enfants victimes ou exposés à la traite.

Région de l’Est

– Fada : Projet d’appui à la construction et équipement d’un centre de formation professionnelle

– Bogandé : Projet d’appui à la mise en œuvre de bourses scolaires

– Association in Tua Diema de Matiacoali : Projet d’appui à la réinsertion socioéconomique de 40 enfants dans l’agriculture, l’élevage et la formation professionnelle.

Région du Centre-est

– Lalgaye : Projet d’appui à la mise en place de bourses scolaires

– Comin yanga : Projet d’appui à la mise en place de cantines scolaires des écoles de 4 villages.

– Association des veuves et orphelins de Bittou : Projet d’appui à la réalisation d’activités génératrices de revenus au profit des femmes.

L’intérêt du projet dans la lutte contre la traite des enfants,  l’efficacité des actions menées, l’impact des actions, sont entre autre critères de sélection auxquels elles ont été soumises.

Raisons. 9 d’entre elles, jugées porteuses de meilleurs projets,  ont été  récompensés pour leurs efforts.  Plus de 10 millions de F CFA, des trophées et des attestations ont été remis aux lauréats.

L’intérêt de l’institution d’un tel concours est  de permettre aux communes et associations de pouvoir présenter de bons projets et de bien assurer leur gestion.

« Nous avons institué ce prix pour créer une émulation, un dynamisme dans la lutte contre la traite des enfants et autres formes de travail au niveau des collectivités et des OSC.

Nous voulons que les communes s’investissent davantage et que les OSC puissent améliorer leur stratégie de lutte », explique Traoré Bakary, chargé de communication à Fonds enfants.

Joie. Quant aux heureux gagnants, ce sont des sentiments de joie qui les animent. En témoigne, Arsène Kiema, président de la délégation spéciale de Diebougou, une des communes lauréates.

« Ce sont des sentiments de joie. On les a formés pendant trois ans en mécanique cyclo et en menuiserie bois. 9 enfants ont eu leur qualification et sont sur le terrain ».

Le Fonds enfants est un co-financement de l’Etat burkinabè et de la coopération allemande dont la contribution est évaluée à hauteur de 8,5 millions d’euros soit environ 5,5 milliards de F CFA.

Espoir. Un contrat de financement au titre toujours de la 4e phase de 2 millions d’euros est en cours de signature au regard des résultats satisfaisants du projet.

Et au représentant de la coopération allemande,  Joerg Meyer, de dire tout l’attachement de son pays  aux droits humains et spécifiquement aux droits des enfants, d’où cet autre financement.

Il dit avoir espoir que des actions concrètes et adaptées seront engagées pour une meilleure prise en compte des droits des enfants.

Quant au représentant du ministre de l’économie et des finances, Moumouni Gnankambary, tout en félicitant les lauréats, a souhaité qu’ils redoublent d’engagement pour mettre fin à la traite des enfants.

Revelyn SOME

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *