Roch aura des problèmes dèh !

502 0

« Les sermons du vieux  Yelmigan » est une chronique satirique proposée par un « Observateur » avisé de la société burkinabè. Elle traite deux fois par mois (le 1er et le 15 du mois) sur Burkina 24 de sujets liés à la vie de la nation burkinabè. Véritable sermonneur, le Vieux Yelmigan ne prendra pas de gant pour parler à ses fils et ses filles de leurs comportements quotidiens dans la société.  Ame détestant les sermons, s’abstenir donc  de continuer la lecture !


Ça y est ! Christian BOGLO zéro, Salif DIALLO, un ! Salif avait dit que comme lui-même avait prédit l’élection de Blaise, il prédit de nouveau celle de Rock. En face de lui BOGLO a répliqué que comme il avait prédit avec succès la dissolution du RSP, il prédit l’élection de Tahirou Barry. Bon maintenant on sait qui est le vrai prophète ici au Faso. Oh zut ! Moi j’ai un regret, Zéph ne pourra pas se transformer en âne comme il nous l’avait promis. Occasion ratée de monter sur son dos !

Rock, l’homme à qui tout sourit

On disait de lui qu’il est né avec une cuillère d’or dans la bouche. Je commence à croire. On dirait que tout lui paraît facile. Après sa brillante carrière, Compaoré a voulu l’enterrer, mais il a oublié que ce roc est une graine, enterrée, il meurt et il pousse.

Le voilà propulsé Président du Faso aussi facilement comme dans un jeu d’enfant. Ensuite il arrive à une présidence débarrassée du RSP, quelle chance !

On attend Rock au tournant

La transition a laissé une note salée. Venue sans programme politique, ce qui est normal, la transition a dû faire face à des exigences sociales énormes. Pour plaire aux insurgés d’octobre 2014, elle a concédé tout ce que les syndicats cherchaient depuis une vingtaine d’années. Baisse du prix du carburant, relecture de la loi 13 de la fonction publique, correction des indemnités des greffiers et magistrats. L’addition est corsée. D’autres professionnels attendent leur tour et les étudiants ne sont toujours pas satisfaits.

A tout cela les 75 démissionnaires de la première heure attendent d’être satisfaits par des postes. A cela, il faut ajouter les gars de la 25ème heure, qui malgré le fait d’être arrivés en retard ont été ceux là qu’on a plus vu avec le Président Rock.

Tout ce monde attend sa part du gâteau. Alors que les promesses électorales sont énormes, bon ça c’est pour ceux qui y croyaient. Comment nous épargner de ces vautours qui chaque fois qu’ils sentent l’odeur de charogne accourent à tout vent pour être porte-parole de ceci, responsable de cela ? Mais réjouissons-nous. Plus rien ne sera comme avant sinon….

Un scrutin plein de leçons

Bon on ne rigole pas hein, mais la première leçon à tirer c’est qu’il ne sert à rien de gaspiller des sous pour soutenir certains rigolos, qui n’ont rien compris à la gestion de l’Etat. Voilà 25 millions de F CFA pour que quelqu’un vienne nous raconter son enfance et nous parler de sa HUMMER, ou encore mettre Kosyam en location.

La défaite de Zéph nous enseigne que dans un parti politique, en plus du chef, il doit y avoir une alternative. Zéph était seul, il devait parcourir 45 provinces seul. Il lui manquait un duo ou un trio choc, capable de cracher du venin même en son absence. Pas du venin comme ce que crachait son monsieur élection, fort en fabrique de fausses nouvelles et qui sans rien faire sur le terrain croyait dur comme fer que son candidat avait gagné avant même les élections.

Le sankarisme va-t-il mourir ?

Les jeunes qui ont voté massivement Rock sont les fans de Thomas Sankara. Maître Sankara semble mal incarner les idéaux de Sankara à leurs yeux. Il a frustré plus d’un, car lorsque sa bouche distille des paroles de Sankara, son cœur et son être se fondent dans le luxe, roulant en V8, tout le contraire de son idole. Et ça, ce n’est pas passé inaperçu aux yeux de beaucoup qui ont sans doute dit que ce monsieur les prenait pour des cons ! Pardon je voulais dire des moutons !

L’homme à la barbichette va-t-il enfin accepter de traiter avec ceux-là même qui hier étaient sous le régime de Blaise ? Ou va-t-il céder la tête de son parti à un de ses lieutenants ? A vouloir trop axer sa campagne sur Thom Sank, il a oublié de ranger ses rancœurs, toute chose qui a occulté son programme de société et qui l’a perdu. Cher maître l’alternance ne doit pas seulement se faire au sommet de l’Etat. Bado en est un exemple vivant.

La montée de Tahirou

Les élections c’est une question de mode, Barry a réveillé le retraité Bado, qui a encore séduit et la persévérance de Tahirou a payé. Il va falloir qu’il concrétise cette force politique.

Son bon rang ne doit pas occulter son mauvais score à la présidentielle et aux législatives. La route est longue et il doit se souvenir sans cesse du parcourt d’un certain Gilbert OUEDRAOGO.

La rançon de l’ablasserie

Ses nombreux atouts ne lui ont pas servi. Le voilà contraint d’aller féliciter un moins que lui. Ce Moaga, musulman du Plateau central, fils de paysan, champion du monde toutes catégories confondues en mooré, ceinture noire de karaté, meilleur danseur de son époque, n’a pas hésité à dire à Rock qu’il ne peut pas gouverner seul.

Doit-on comprendre qu’il s’agit d’ablasserie et qu’il se propose d’accompagner Rock ? Mais bon ; vous ne pouvez pas comprendre la politique.

Le CDP plie, mais ne se casse pas

Avec son incompréhensible coup d’Etat, Diendéré a quelque peu défavorisé le CDP. Son chef a disparu, son compte a été gelé, or la campagne électorale a besoin de sous et de chef. Si le CDP avait été malin et aligné des candidats éligibles dès le début, les résultats actuels auraient été sans doute plus cléments.

Mais qu’à cela ne tienne, le CDP sera la deuxième force du CFOP. Zéph doit composer avec ses ennemis d’hier. Et puis qui nous dit qu’ils étaient ennemis ? En tout cas, c’est l’occasion de s’afficher ensemble. Maintenant c’est permis par la loi.

Un président est élu qu’il faut aider à nous aider

Il faut éviter que le MPP ne devienne une machine électorale au risque de voir revenir le « tuk guili » façon CDP. On doit avoir une opposition qui s’oppose de façon républicaine et un parti au pouvoir qui gouverne selon les principes républicains et une société civile arbitre de tout cela.

Moi je ne suis pas adepte des gouvernements d’union ou d’alliance nationale, c’est une façon d’embastiller les différentes couches capables de faire bouger les choses.

Mais quoi qu’on dise, Kaf de transition ne sera bientôt plus président et ça je l’avais prédit. Souhaitons seulement au nouveau président un mandat rempli de bonnes intentions envers les Burkinabè et pauvre en corruption. Sinon…

Yelmighan

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *