Ouagadougou : Une avenue au nom de Norbert Zongo

703 2

C’est ce samedi 12 décembre 2015, veille de la commémoration du 17e anniversaire de l’assassinat du journaliste d’investigation Norbert Zongo, que le Burkina a décidé de le graver à jamais dans les mémoires collectives en lui attribuant une avenue.

Qui est Norbert Zongo ?

Né à Koudougou, il obtient son baccalauréat en 1975. Il est enseignant depuis 1971. Il enseigne à Pô et à Ouagadougou. Comme journaliste, il commence sa carrière en 1986 au sein de l’organe officiel Sidwaya puis au Carrefour africain.

Il fonde en 1993 L’Indépendant. Il dénonce alors la corruption qui gangrène l’État et s’oppose au régime de Blaise Compaoré. Il aime à dire : « Le pire n’est pas la méchanceté des gens mauvais mais le silence des gens bien ».

Après avoir commencé une enquête sur la mort mystérieuse de David Ouedraogo, le chauffeur de François Compaoré, le frère du président burkinabè Blaise Compaoré, Norbert Zongo est assassiné le 13 décembre 1998, avec les trois personnes qui l’accompagnaient (Blaise Ilboudo, Ablassé Nikiéma et Ernest Zongo), soulevant une très vive émotion à Ouagadougou, à travers tout le pays mais aussi dans les pays voisins.

« Il est affecté à la voirie urbaine n°54.915 sise au secteur 54 de l’arrondissement 12 de la ville de Ouagadougou, débutant au nord par le Boulevard France-Afrique et finissant au sud par la ligne électrique de haute tension traversant la route nationale n°6, le nom Avenue Norbert Zongo ».

C’est en ces termes que Damien Gampiné, président de la délégation spéciale de la ville de Ouagadougou, s’est adressé à l’assistance avant de remettre l’arrêté à la veuve du journaliste, Géneviève Zongo.

Présent à la cérémonie, le Premier ministre Isaac Zida a salué la mémoire de Norbert Zongo et appelé ses confrères à emboiter ses pas. « Vous autres journalistes, dit-il, vous devez vous inspirer de l’œuvre de Norbert Zongo pour prêcher la vérité, prêcher la justice ».

Déjà à quelques jours de la commémoration du 17e anniversaire du drame de Sapouy, trois militaires ont été inculpés pour leur rôle présumé dans la mort du journaliste.

A ce propos, Isaac Zida s’est prononcé : « ceux qui ont assassiné Norbert Zongo, pour ceux qui sont encore vivants, sont désormais aux arrêts. Nous attendons maintenant leur jugement pour que le peuple puisse savoir qui a ordonné l’assassinat de Norbert Zongo. Aujourd’hui, nous avons foi en la justice ».

Géneviève Zongo, épouse de Norbert Zongo dit également faire confiance à la justice et ne souhaite qu’une seule chose : « l’aboutissement du dossier en justice ». Au nom de la famille, Victor Zongo a remercié les autorités de la Transition pour le geste.

La cérémonie de baptême de l’Avenue Norbert Zongo a connu la participation, en sus du Premier ministre Isaac Zida, du président du CNT Cheriff Sy, du nouveau président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, des avocats du dossier Zongo, notamment Me Bénéwendé Sankara et des membres de la famille Zongo.

Yannick Sawadogo

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *