Affaire Norbert Zongo : « 17 ans de ’’lib lib’’, ça suffit ! »

613 0

Ce dimanche 13 décembre 2015, les Burkinabè ont commémoré le 17e anniversaire de l’assassinat du journaliste Norbert Zongo et de ses trois compagnons d’infortune. A Ouagadougou, deux grandes activités étaient au menu : le dépôt de gerbes de fleurs au cimetière de Gounghin et un meeting à la Place de la Révolution.

Le témoignage de la veuve Zongo

Burkina24

C’est le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) qui ont livré le message conjoint à la place de la Nation où moult slogans s’entrechoquaient « Justice pour Norbert Zongo ! 17 ans de ’’lib lib1’’, ça suffit ! 17 ans d’impunité, ça suffit ! »  .

Dans l’instruction du dossier, « trois éléments de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), Christophe Kombacéré, Wampasba Nacoulma et Banagoulo Yaro ont été inculpés ». Mais, les organisations de lutte contre l’impunité estiment ne pas vouloir s’arrêter en si bon chemin. Au-delà de l’affaire Zongo, elles veulent poursuivre la lutte «  en ayant également à cœur les dossiers Dabo Boukary, Flavien Nébié, Salifou Nébié, des martyrs de l’insurrection et du putsch du 16 septembre ».

Le nouveau gouvernement. A la Place de la Révolution, Chrysogone Zougmoré, président du CODMPP a rappelé que le peuple burkinabè a le regard tourné vers le nouveau gouvernement qui sera mis en place. Ainsi dit-il, « le collectif et la CCVC espèrent que le nouveau gouvernement fera de la lutte contre l’impunité, une de ses priorités ».

Chrysogone Zoygmoré, président du CODMPP
Chrysogone Zoygmoré, président du CODMPP

Bien avant le meeting à la place de la Révolution, l‘on a assisté, au cimetière de Gounghin, au dépôt de gerbes de fleurs sur les tombes des suppliciés du 13 décembre 1998. Les mêmes organisations étaient présentes en sus des avocats du dossier, de nombreux citoyens et de la veuve du journaliste Norbert Zongo, Géneviève Zongo.

Les commanditaires. « Nous attendons la suite (…) jusqu’à présent, on attend de voir qui a tué, qui a ordonné », a réagi cette dernière à propos du dossier. De la procédure elle affirme constater « une avancée avec l’inculpation des trois suspects. Mais, relativise-t-elle, comme le combat se poursuit, on ne connait pas jusqu’à présent les commanditaires ». De l’indemnisation annoncée par le gouvernement, Géneviève Zongo affirme que  « pour le moment », elle n’a pas encore été contactée.

Elle dit être toujours dans l’attente : « 17 ans, j’étais dans l’attente. L’attente que justice soit rendue à Norbert et je suis toujours dans cette attente jusqu’à ce que la lumière soit totalement faite sur ce dossier ».

« Rappelez-vous ! ». Me Prosper Farama, avocat de la famille Zongo reste, quant à lui, prudent face à la dernière évolution du dossier. « Quand Marcel kafando avait été inculpé, rappelez-vous, qu’en 2006, en plein cours d’instruction on nous a dit qu’il y avait un non-lieu. Nous trouvons que c’est encourageant (l’inculpation des trois ex-RSP, NDLR), mais nous devons rester sur nos gardes », a-t-il confié.

Yannick Sawadogo

Burkina 24


« Lib lib » : cache-cache en langue mooré



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *